france5.fr
   FORUM C dans l'air » Economie »

Un milliard de francs perdus

 

International : Commandant Dromard 06 et 2 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Un milliard de francs perdus

n°2717
cda - fran​ce 5
Posté le 28-02-2007 à 18:35:24  profil
 

Avez-vous le sentiment que les prix ont augmenté depuis l'arrivée de l'euro ? Comment expliquez-vous que la confiance dans notre monnaie ne cesse de se dégrader ? Etes-vous "eurosceptique" ? Pourquoi ?


Message édité par cda - france 5 le 15-09-2011 à 00:12:04
n°2719
Profil sup​primé
Posté le 28-02-2007 à 21:26:30  
 

j'ai été formateur à l'euro; mais pour moi que l'on compte en francs, euros ou cacahouètes, je ne vois aucune différence ! Quand on me dit un prix en francs je traduis en euros pour en estimer la valeur ! Je pense que plusieurs années de travail à l'étranger m'ont rendu indifférent au nom de la monnaie !
j'ai l'habitude de traduire en pourcentage de mon revenu mensuel.
Mais depuis 2000 je n'ai acheté aucun téléviseur, aucune automobile, aucune machine à laver, linge ou vaisselle. Mon seul achat industriel est un ordinateur (renouvellement) en 2002, PC qu'il va me falloir mettre à niveau.
En prenant ma retraite au début de ce siècle j'avais une garde-robe bien garnie, je n'ai donc acheté en 6 ans que 2 pantalons, 3 paires de chaussures, des chaussettes et des sous-vêtements.
Je vis seul et suis locataire à la campagne. Donc depuis 6 ans l'essentiel de mes dépenses est les courses de tous les jours, livres et magazines, abonnement ADSL/téléphone (moins cher qu'avec FT). Je ne possède ni automobile, ni portable ! Un handicap ne me permet de  sortir de ma ville (8500 h) qu'environ 4 à 5 fois l'an, en train. je n'ai que les chaînes hertziennes (sans C+ et la TNT n'est pas encore à disposition).
Avec ses données on peut voir que mes besoins ne sont pas supérieurs à ceux du siècle dernier, et bien je peux assurer que mon pouvoir d'achat a diminué !
L'euro n'en est pas la cause : ma pension stagne et les dépenses mensuelles obligatoires (en majorité de produits nationaux et le loyer) ont flambées !
Sans transport en commun je n'ai à disposition qu'une seule supérette (90% de mes achats) quelques bouchers-charcutiers (très chers !) des boulangers et le marché du jeudi, où les produits frais sont moins chers et de meilleure qualité qu'en grande surface.

n°2721
me4
Posté le 01-03-2007 à 00:10:57  profil
 

Bonsoir,

A propos des informations données par votre invité "économiste" sur le plateau, certaines précisions semblent opportunes :

1/ après l'or lui-même, la monnaie a été émise en fonction des réserves d'or mondiales (système de change-or) ;

2/ comme cela est devenu insuffisant pour assurer les échanges commerciaux, la création monétaire (monnaie fiduciaire) a été basée sur l'activité économique ;

3/ c'est la contrepartie de la masse monétaire qui garantit la monnaie en circulation (crédits accordés par le système bancaire) ;

4/ car c'est le système bancaire qui crée la monnaie, aujourd'hui, après l'indépendance de la banque de France (BDF) ;

5/ la création monétaire se fait principalement par l'attribution de crédits aux entreprises et aux particuliers ;

6/ c'est la base monétaire qui permet la variation de la masse monétaire (partie de monnaie "liquide" retirée réellement auprès du système bancaire par les individus et institutions) ;

7/ avant l'indépendance de la BDF, l'Etat pouvait aussi créer de la monnaie ;

8/ contrairement à ce que prétendent les libéraux, l'indépendance de la BDF n'est pas une avancée. En effet, la valeur de la monnaie nationale est le reflet de sa puissance économique, financière et commerciale, bref de l'organisation du pays dans son ensemble. C'est la mesure commune de la nation dont la valeur doit être définie par ses représentants de manière responsable car ils peuvent être démocratiquement contestés ce qui n'est pas le cas des technocrates des institutions monétaires nationales ou internationales, les marchés financiers ou les spéculateurs internationaux ;

et tant d'autres choses qui, bien que techniques peuvent être expliquées très simplement !!!

C'est un débat de fond, important ! Bravo d'avoir présenté un tel sujet et dommage que les invités n'aient pas apporté les réponses adéquates aux téléspectateurs ne connaissant pas ce domaine.

Cordialement.

n°2723
arthus4
Posté le 01-03-2007 à 13:21:30  profil
 

bonjour ,tout a augmenté ,faute à l'Euro :c'est évident ! nos chers commerçants ont même osé l'impensable :ils ont éffectué la culbute Franc/Euro!!Dans mon petit "patelin " le bistrotier me servait ma bièrre à 8/10 francs ;maintenant c'est 3/4 euros !!ah bien sûr ,on vous fera remarquer :l'électro - ménager est plus ou moins pareil qu'avant l'euro !ben voyons !vous en achetez souvent vous de l'électro-ménager ?allez plutôt voir les produits "vraiment "utiles et nécessaires ;viande ,fromages,huile,fruits et légumes etc...les chiffres de l'Insee sont tendancieux ! voyez les "bagnoles" epuis les années 50 ,et au prorata du salaire d'un individu moyen ,il lui faut aujourd'hui autant de mois de ce salaire pour acheter cette satanée "bagnole";et que dire des carburants ! ma femme me fait remarquer que son "caddy" (à peu de chose près le même qu'avant l'euroscroquerie)à bel et bien augmenté quasi du simple au double .Pêcheur ,j'ai un petit bateau (des années 80 )allez-y voir pour l'accastillage et articles de pêche !là encore =du simple au quintuple! j'ai toujours les vieux catalogues ; alors c'est sans contestation !notez enfin :Ma Retraite n'à variée que de quelques centimes !alors s'il vous plait as à moi !!

n°2735
thinthin
Posté le 01-03-2007 à 21:00:23  profil
 

Premièrement : Les loyers. Les retraites ont stagnés. L'immobilier est un placement de "papyboomer", donc il augmente les loyers pour compenser les maigres retraites. Cette augmentation a été aidée par le manque de logement ( plus de demandes que d'offres ), les jeunes avec des salaires bas n'ont pas les apports nécessaires ce qui enjendre des coups de pousse à la spéculation. Mais le problème essentiel en ce moment d'élection, c'est que l'on veut nous faire croire que la construction plus de logement sociaux ( les fameux 20% SRU ), et éventuellement l'augmentation des aides pour le logement ( APL ) vont régler le problème. Prenons les APL, ne favorisent-elles pas la flambée des loyers ? Maintenant prenons les logements sociaux, quelles sont les critères d'attribution ? Donc un couple/ un célibataire gagnant le SMIC ne peuvent pas prétendre à un logement sociale. Nous devons donc aussi favoriser fiscalement les constructions de logement privé. Deuxièmement : l'essence. Le pétrole a augmenté, mais 60% du prix à la pompe va à l'Etat. Donc si le gouvernement voulait faire quelque chose pour diminuer le budget essence des citoyens, il commencerait par rétablir la TIPP flottante. Le citoyen achetant un logement est obligé de s'éloigné très loin pour trouver un prix d'achat de logement plus abordable à ces revenus, mais dépense plus d'argent pour se rendre à son travail. Mais aurions nous oublié il semble qu'une partie de la taxe sur les produits pétroliers est transférée vers les collectivités locales ( département / région ) suite à la décentralisation des personnelles ouvriers des routes et des établissements d'enseignement ( se n'est donc pas forcément la même taxe d'une région à l'autre. Troisièmement : L'euro. Faut-il un euro fort face au dollar Usa ? Un euro trop fort pénalise nos exportations ( technologie, agriculture, .. ). Un euro trop faible fait que nous achetons chère nos matières premières. Mais il me semble que la parité euro contre dollar à 1,30 dollar l'euro est trop forte, la main d'oeuvre européenne est assez chère, et avec l'euro fort, nous favorisons les salaires bas pour cause de compétivité avec le monde. Des bas salaires combinés à des retraites bassent, des loyers flambants, ... .Quatrièmement : La taxe d'habitation. Elle pèse de plus en plus. Un transfert de l'impôt sur les revenus et TVA, pourrait compenser cette taxe d'habitation injuste. Cinquièmement : La déficit publique . L'emprunt de la dette représente 40 milliards d'euros soit autant que l'impôt sur les sociétés. Commençons par diminuer cette dette, en évitant les gachis ( constructions administratives, les autoroutes ( un petit frein quelques années), diminuons les députés et sénateurs, ne payons plus en parti les campagnes électorales ), afin de diminuer les prélèvements.

n°2742
lancelot21
Posté le 02-03-2007 à 17:46:07  profil
 

Avec 2.500.000 euros de rémunération annuelle, certains n'ont pas tout perdu, euros ou pas.

Voir quelques heureux bénéficiaires ici
http://www.actuchomage.org/ind [...] pic&t=4857

Citation:

Sans compter, pour tous ces gens là, les milliers ou dizaines de milliers d'actions gratuites dont ils bénéficient.

Pour information, la rémunération d'un travailleur payé au Smic était en 2005 de :
- 1.217,88 x 12 = 14.614,56 euros en brut (base 35 heures),
- 1.357,07 x 12 = 16.284,84 euros en brut (base 39 heures).
En salaire net, il faut déduire plus de 16 % de cotisations (dont 15,2 % de cotisations Urssaf).


n°2761
mer8
Posté le 03-03-2007 à 00:29:24  profil
 

thinthin a écrit :

Premièrement : Les loyers. Les retraites ont stagnés. L'immobilier est un placement de "papyboomer", donc il augmente les loyers pour compenser les maigres retraites. Cette augmentation a été aidée par le manque de logement ( plus de demandes que d'offres ), les jeunes avec des salaires bas n'ont pas les apports nécessaires ce qui enjendre des coups de pousse à la spéculation. Mais le problème essentiel en ce moment d'élection, c'est que l'on veut nous faire croire que la construction plus de logement sociaux ( les fameux 20% SRU ), et éventuellement l'augmentation des aides pour le logement ( APL ) vont régler le problème. Prenons les APL, ne favorisent-elles pas la flambée des loyers ? Maintenant prenons les logements sociaux, quelles sont les critères d'attribution ? Donc un couple/ un célibataire gagnant le SMIC ne peuvent pas prétendre à un logement sociale. Nous devons donc aussi favoriser fiscalement les constructions de logement privé. Deuxièmement : l'essence. Le pétrole a augmenté, mais 60% du prix à la pompe va à l'Etat. Donc si le gouvernement voulait faire quelque chose pour diminuer le budget essence des citoyens, il commencerait par rétablir la TIPP flottante. Le citoyen achetant un logement est obligé de s'éloigné très loin pour trouver un prix d'achat de logement plus abordable à ces revenus, mais dépense plus d'argent pour se rendre à son travail. Mais aurions nous oublié il semble qu'une partie de la taxe sur les produits pétroliers est transférée vers les collectivités locales ( département / région ) suite à la décentralisation des personnelles ouvriers des routes et des établissements d'enseignement ( se n'est donc pas forcément la même taxe d'une région à l'autre. Troisièmement : L'euro. Faut-il un euro fort face au dollar Usa ? Un euro trop fort pénalise nos exportations ( technologie, agriculture, .. ). Un euro trop faible fait que nous achetons chère nos matières premières. Mais il me semble que la parité euro contre dollar à 1,30 dollar l'euro est trop forte, la main d'oeuvre européenne est assez chère, et avec l'euro fort, nous favorisons les salaires bas pour cause de compétivité avec le monde. Des bas salaires combinés à des retraites bassent, des loyers flambants, ... .Quatrièmement : La taxe d'habitation. Elle pèse de plus en plus. Un transfert de l'impôt sur les revenus et TVA, pourrait compenser cette taxe d'habitation injuste. Cinquièmement : La déficit publique . L'emprunt de la dette représente 40 milliards d'euros soit autant que l'impôt sur les sociétés. Commençons par diminuer cette dette, en évitant les gachis ( constructions administratives, les autoroutes ( un petit frein quelques années), diminuons les députés et sénateurs, ne payons plus en parti les campagnes électorales ), afin de diminuer les prélèvements.


On peut dire que le montant actuel des loyers est lié à la dégradation des appartements, aux impayés que subissent les propriètaires, à l' importance des charges et des impôts locaux. La pénurie de logements peut provenir de l'éclatement des familles, il faut deux logements là oû un suffisait, d'un attrait pour l'assurance vie et d'une mauvaise incitation à la constitution d'un patrimoine immobilier. L' ISF en est le symbole, alors que les oeuvres d'art en sont exonérés ce qui favorise une certaine classe sociale et pas de gauche. Les français dans leur ensemble n'apprécient pas d'être taxés deux fois. En France on n'encourage pas la fourmi mais on aide la cigale.... comprenne qui pourra.....

n°2778
limprecate​ur
Posté le 03-03-2007 à 23:30:20  profil
 


j'ai l'habitude de traduire en pourcentage de mon revenu mensuel.
Mais depuis 2000 je n'ai acheté aucun téléviseur, aucune automobile, aucune machine à laver, linge ou vaisselle. Mon seul achat industriel est un ordinateur (renouvellement) en 2002, PC qu'il va me falloir mettre à niveau.
En prenant ma retraite au début de ce siècle j'avais une garde-robe bien garnie, je n'ai donc acheté en 6 ans que 2 pantalons, 3 paires de chaussures, des chaussettes et des sous-vêtements.
Je vis seul et suis locataire à la campagne. Donc depuis 6 ans l'essentiel de mes dépenses est les courses de tous les jours, livres et magazines, abonnement ADSL/téléphone (moins cher qu'avec FT). Je ne possède ni automobile, ni portable ! Un handicap ne me permet de  sortir de ma ville (8500 h) qu'environ 4 à 5 fois l'an, en train. je n'ai que les chaînes hertziennes (sans C+ et la TNT n'est pas encore à disposition).
Avec ses données on peut voir que mes besoins ne sont pas supérieurs à ceux du siècle dernier, et bien je peux assurer que mon pouvoir d'achat a diminué !
L'euro n'en est pas la cause : ma pension stagne et les dépenses mensuelles obligatoires (en majorité de produits nationaux et le loyer) ont flambées !
Sans transport en commun je n'ai à disposition qu'une seule supérette (90% de mes achats) quelques bouchers-charcutiers (très chers !) des boulangers et le marché du jeudi, où les produits frais sont moins chers et de meilleure qualité qu'en grande surface.

Réponse
Bravo pour votre mode de vie.
C'est celui, faible consommation de biens et d'énergie, qui doit nous sauver du réchauffement climatique. Vous êtes, on ne peut que l'espérer, à cet égard un précurseur.
Sur le forum consacré au réchauffement certains évoquent la terreur que leur inspire toute prise de position qui pourrait amener à considérer l'action de l'homme sur le climat et à engager les révisions nécessaires sur les modes de vie.

Je partage également votre analyse économique : non rérévaluation des revenus et hausse des biens et services nationaux. Ce n'est pas vraiment une surprise.

n°2780
limprecate​ur
Posté le 04-03-2007 à 00:22:57  profil
 

J'ai apprécié l'expérience du "Berliner", cette monnaie créée localement pour un usage local. A Berlin et ailleurs.
Elle fut simplement qualifiée de marginale par l'économiste, ce qu'elle est certainement. Elle n'en comporte pas moins des potentialités riches pour favoriser le développement local, notamment dans les secteurs défavorisés sans dépenser un sou.

Avantage 1. La "rente" de création de la monnaie ne va pas aux banques ou à l'état, mais à l'association qui délivre les coupons. Cette rente est le gain obtenu en faisant "travailler les euros reçus en échange des coupons jusqu'à leur restitution".

Avantage 2. Les coupons eux-mêmes circulent dans l'environnement immédiat du lieu ou des groupes au sein duquel ils ont été émis. Ils tendent ainsi à en préserver la liquidité lutôt que de se déverser immédiatement dans les larges rivières du grand capitalisme.

Avantage 3. L'échange de ces coupons favorise les opérations de réciprocité et de solidarité dans les groupes où ce type d'échange est le plus utile.

Avantage 4. Cela peut permettre d'accroître les effets positifs des aides dans les secteurs où elles sont le plus concentrées, pour auatnat bien sûr que les parties aidées souscrivent des coupons, ce qui peut être favorisé en accordant quelque avantage complémentaire (leger bonus sur l'aide ou autre).

Avantage 5. Cette monnaie peut être unifiée et étendue à toutes les zones  dont on souhaite aider le développement : zones rurales, périurbaines ou zones défavorisées, sans perdre aucun des avantages précédents.

Avantage 6. La mise en place de cette monnaie de proximité ne coute rien et ne nécessite aucun effort de mise en place ou de suivi de la part des pouvoirs publics. Une simple autorisation suffit.

Avantage 7. Elle ne discrimine en rien les utilisateurs (pas de zone franche)  et ne nécessite aucune réglementation nouvelle.

Enfin cette monnaie ne concurrence pas la monnaie principale euro dans laquelle elle reste totalement convertible.

Alors, qui va s'emparer de l'idée?

n°2797
pseudo20
Posté le 05-03-2007 à 12:35:51  profil
 

Dans le passé des "monnaies de substitution" ou "monnaies complémentaires" ont déja existés, dans la ville Autrichienne de Wörgl par exemple.
Le systeme marchait si bien que d'autre ville ont vouluent l'adopter et c'est la banque Autrichienne qui, voyant son monopole menacé, a interdit cette pratique

Il en existe toujours au Brésil, le "saber", en Allemagne dans la région du lac de Constance, le" Chiemgauer", aux E-U dans la ville d'Ithaca, le "Ithaca hour".

Toutes ces expériences sont parfaitement concluantes et sont des preuves supplémentaires que la "gestion" de la monnaie devrait être rendue aux nations et ne devrait pas être confiée à des intérêts privés comme c'est le cas actuellement.  

Plus d'info avec l'article "Pourquoi avons nous besoin d’innovation monétaire ?" sur le site :
http://www.ecophilopat.fr

n°2845
limprecate​ur
Posté le 07-03-2007 à 23:53:45  profil
 

Je suis allé faire un petit tour sur le site ecophilopat de pseudo20.

On y trouve des analyses aussi claires que fondamentales sur le rôle de la monnaie, sur celui de l'économie et de l'écologie et une analyse philosophique basée, semble-t-il, sur la considération que ne peut exister que ce qui est nécessaire.

Passionnant. J'y reviendrai rapidement, c'est sur.


Aller à :
   FORUM C dans l'air » Economie »

Un milliard de francs perdus