france5.fr
   FORUM C dans l'air » Santé »

La danse de l'oiseau

 

2 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

La danse de l'oiseau

n°13551
De fumel
Posté le 11-03-2017 à 08:20:57  profil
 

La danse de l’oiseau

Le caractère obsessionnel chez l’adulte s’affirme de façon non anecdotique.
L’imaginaire ne faiblit pas et les obsessions sont atténuées par les actes compulsifs.
C’est l’origine oedipienne, l’angoisse provoquée par la haine du père, puis le lien à la castration et incestueux inconscient qui forment les traits de caractère et le symptôme résultant du conflit entre les pulsions agressives et libidinales. La structure phantasmatique est importante et s’ordonne selon deux systèmes, sadique masochiste, actif, passif.
Les traits de caractère résultent des formations réactionnelles mises en place pour lutter contre le sadisme et l’analité.
Chez l’obsessionnel, le moi devance constamment le surmoi et prend une part très importante dans la lutte contre le ça. Le moi joue un rôle de barrière afin d’éviter que l’organisation pulsionnelle puisse se manifester dans les conduites ou dans la mentalisation. Il évite ainsi un conflit direct entre le ça et le surmoi.
Les symptômes permettent à l’organisation pulsionnelle de fonctionner dans le sens du principe de plaisir, même s’il n’y a pas de satisfaction directe ressentie.

Le principe de dénégation, qui constitue le principal moyen de défense de la psychose, tient souvent de la réalité, du moi et conserve l’accès à la réalité, au conscient et au préconscient. Perceptions et représentations conservent un lien efficient à la notion de mort, mais opposent l’absence de mémoire et la mémoire accessible, notamment de travail et l’énergie libre et liée.
Le sens de la créativité, la relation qui oppose le moi avec le ça dans la névrose de transfert, ou encore au surmoi, dans la psychonévrose narcissique ont des propriétés différentes que l’on perçoit au niveau des représentations, de chose pour l’inconscient, de mots pour le préconscient et de celles provenant du préconscient pour le conscient.
De fait, le caractère et les comportements directement en lien avec le conscient sont la propriété des perceptions internes et externes.

Le sujet qui se place dans l’immédiateté du réel est manifestement un constituant fondamental du lien somatique. La disponibilité, la concentration, tout autant que la part de l’autre dans la relation, fonctionne avec cette organisation de la personnalité, ses choix pour rétablir le moi.
La prodigalité nécessairement observée et rare est paradoxale.
La part de contre investissement contre le retour du refoulé, la mémoire de travail, autant de doute comme notion, n’ont pas une existence liée dans le processus secondaire comme dans le processus primaire, qui rend possible la condensation et le déplacement.

Les doutes, les crises de conscience, une scrupulosité, une inhibition sexuelle, le fait d’***** les autres, sont autant de traits de caractère qui provoquent ses conduites.
« L'obsessionnel est efficace grâce à sa précision, sa ponctualité, son obstination. Cette efficacité est diminuée, voire totalement invalidée, lorsqu’il y a un excès de méticulosité ou de doute. L’insertion sociale est satisfaisante. Vis à vis des autres il n’y a pas de séduction, mais une distance, un retrait. Il a du mal à s’engager sur le plan amical et amoureux, hésite beaucoup. Par contre il est tenace et fidèle.
La sexualité est ritualisée et pauvre avec des fantasmes sadomasochiste, e***** homosexualité. Il a en général une méconnaissance de son état et du mode de relation qu’il institue. Vit dans ses rationalisations et ses opinions toutes faites sur lui et les autres. Les décompensations dépressives et les symptômes sont par contre perçus comme morbides. » psychisme clinique

Ainsi, la part inconsciente et subjective qui lie à cet autre différent de soi, libre de rêverie et d’imaginer, l’acceptation et la différenciation formaliseront les traits distinctifs d’un déni de la réalité et les conduites répressives, qu’il s’agisse de modèle, à l’image du lien symptomatique, ou du retour du refoulé et surtout d’agressivité, alors que le retour du refoulé, l’absence de censure et le contenu qui tend à réapparaitre par tous les moyens, s’effectue sans tenir compte de la réalité. L’éthique et l’empathie sont fortes.
Les manifestations anthropomorphiques ne caractérisent pas la désinhibition.


Aller à :
   FORUM C dans l'air » Santé »

La danse de l'oiseau