france5.fr
   FORUM C dans l'air » Santé »

Le lait

 

4 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Le lait

n°13474
De fumel
Posté le 02-02-2017 à 10:24:16  profil
 

Le lait

Notre rapport au corps est singulier.
Le lien maternel, la succion et l’oralité, le plaisir, l’Autre parent est déjà inscrit dans son rôle du signifiant du symptôme.
L’Autre différentié est aussi, plus tard, avec le processus secondaire, l’Autre de l’inconnu, de l’identification. Le problème est souvent la contradiction du sujet, la réalité du corps et du trou, pour autant elle est dotée de jouissance, ainsi le lien d’empathie qui demeure depuis le processus primaire, mais peu normatif, difficilement identifiable et perçu parce que réalité somatique et du perçu et du symbolique, du corps de l’Autre et du trou du psychisme.
La somme des peurs, l’angoisse, l’ignorance et la culpabilité, l’action mécanique du signifié font ainsi logique et peu importe l’afférence.
Difficile liaison somatique, l’efficience du choix a, nul doute, pour beaucoup, dans ce rôle de transformation et d’élimination, pour produire l’énergie nécessaire, un sens acquis à l’histoire du sujet et son modèle.
Le mal est souvent fait et cette formule de la fonction de la subjectivité et de l’objet, le lien somatique multiple du sujet, dont la valeur principale objective détermine les variations subjectives, non pas seulement le produit absolu entre la relation du lien somatique et du sujet, mais ce produit dans la différence du sujet, sur le quotient du produit de l’absence du moi dans la relation de la différence du symptôme multiplié par le sujet.

n°13476
bleuetdesc​hamps
Posté le 02-02-2017 à 12:15:54  profil
 

Bonjour De fumel,

Si vous pouviez dire plus simplement ce qui vous voulez transmettre, il me semble que ce serait pédagogique, au début je crois comprendre quelque chose, mais quelques mots plus tard, je constate que j'ai perdu le fil, vos explications sont comme une jungle dans laquelle je me perds, des chemins balisés pour humble lecteur seraient utiles si vous souhaitez amener le cerveau des autres à vous entendre, merci, bonne journée.

n°13479
De fumel
Posté le 02-02-2017 à 16:39:59  profil
 

CORRECTION

Le lait

Notre rapport au corps est singulier.
Le lien maternel, la succion et l’oralité, le plaisir, l’Autre parent est déjà inscrit dans son rôle du signifiant du symptôme.
L’Autre différentié est aussi, plus tard, avec le processus secondaire, l’Autre de l’inconnu, de l’identification. Le problème est souvent la contradiction du sujet, la réalité du corps et du trou, pour autant elle est dotée de jouissance, ainsi le lien d’empathie qui demeure depuis le processus primaire, mais peu normatif, difficilement identifiable et perçu parce que réalité somatique et du perçu et du symbolique, du corps de l’Autre et du trou du psychisme.
La somme des peurs, l’angoisse, l’ignorance et la culpabilité, l’action mécanique du signifié font ainsi logique et peu importe l’afférence.
Difficile liaison somatique, l’efficience du choix a, nul doute, pour beaucoup, dans ce rôle de transformation et d’élimination, pour produire l’énergie nécessaire, un sens acquis à l’histoire du sujet et son modèle.
Le mal est souvent fait et cette formule de la fonction de la subjectivité et de l’objet, le lien somatique multiple du sujet, dont la valeur principale objective détermine les variations subjectives, non pas seulement le produit absolu entre la relation du lien somatique et du sujet, mais ce produit dans la différence du sujet, quotient part le produit de l’absence du moi dans la relation de la différence du symptôme multiplié par le sujet.

n°13480
De fumel
Posté le 02-02-2017 à 16:42:10  profil
 

bleuetdeschamps

Ne vous fatiguez pas dans l'encre labile des douces pensées éphémères, ce sujet ne vous intéresse pas.
Bien cordialement

n°13513
De fumel
Posté le 11-02-2017 à 15:32:41  profil
 

Le lait

Notre rapport au corps est singulier.
Le lien maternel, la succion et l’oralité, le plaisir, l’Autre parent est déjà inscrit dans son rôle du signifiant du symptôme.
L’Autre différentié est aussi, plus tard, avec le processus secondaire, l’Autre de l’inconnu, de l’identification. Le problème est souvent la contradiction du sujet, la réalité du corps et du trou, pour autant elle est dotée de jouissance, ainsi le lien d’empathie qui demeure depuis le processus primaire, mais peu normatif, difficilement identifiable et perçu parce que réalité somatique et du perçu et du symbolique, du corps de l’Autre et du trou du psychisme.
La somme des peurs, l’angoisse, l’ignorance et la culpabilité, l’action mécanique du signifié font ainsi logique et peu importe l’afférence.
Difficile liaison somatique, l’efficience du choix a, nul doute, pour beaucoup, dans ce rôle de transformation et d’élimination, pour produire l’énergie nécessaire, un sens acquis à l’histoire du sujet et son modèle.
Le mal est souvent fait et cette formule de la fonction de la subjectivité et de l’objet, le lien somatique multiple du sujet, dont la valeur principale objective détermine les variations subjectives, non pas seulement le produit absolu entre la relation du lien somatique et du sujet, mais ce produit dans la différence du sujet, dividende, sur le diviseur produit de l’absence du moi dans la relation de la différence du symptôme multiplié par le sujet.

n°13514
De fumel
Posté le 13-02-2017 à 15:30:31  profil
 

Fonction de 0 à 1= somme de l’infini à P n’appartenant pas à O, multiplié par le produit de 0 à A (-Moi-Phi) multiplié par s sur (So x s) –s

So est le somatique,
s est le sujet,
Phi est le symptôme,
M est le moi,
O est l’objet,
A est l’Autre,
P, déformation maintenue constante et choisie, unité de l’expérience de la réalité, est l’expression de la loi P= n (phi) (Gv1 –Gv2) Gv2 sur SG),
Gv sont des grandeurs variables, elles appartiennent à s,
S est le psychosomatique,
n est le facteur régulateur qui comprend le nombre des comparaisons distinctes entre les grandeurs variables, il est lié on peut dire que si n!=0 alors n=1,
Phi est le symptôme et notion de référence,
G est le désir qui est l’élément relatif.

n°13515
De fumel
Posté le 14-02-2017 à 18:24:16  profil
 

Ou encore :

Intégrale de 0 à l’infini f(t) d(t)= somme (avec P appartient à l’objet) de (So x s) –s sur le Produit de 0 à A (-M-Phi) x s

T est la variable soit de la subjectivité soit de l’objet avec leur limite respective, l’émoi et la réalité.

n°13518
De fumel
Posté le 16-02-2017 à 22:42:31  profil
 

Le lait

Notre rapport au corps est singulier.
Le lien maternel, la succion et l’oralité, le plaisir, l’Autre parent est déjà inscrit dans son rôle du signifiant du symptôme.
L’Autre différentié est aussi, plus tard, avec le processus secondaire, l’Autre de l’inconnu, de l’identification. Le problème est souvent la contradiction du sujet, la réalité du corps et du trou, pour autant elle est dotée de jouissance, ainsi le lien d’empathie qui demeure depuis le processus primaire, mais peu normatif, difficilement identifiable et perçu parce que réalité somatique et du perçu et du symbolique, du corps de l’Autre et du trou du psychisme.
La somme des peurs, l’angoisse, l’ignorance et la culpabilité, l’action mécanique du signifié font ainsi logique et peu importe l’afférence.
Difficile liaison somatique, l’efficience du choix a, nul doute, pour beaucoup, dans ce rôle de transformation et d’élimination, pour produire l’énergie nécessaire, un sens acquis à l’histoire du sujet et son modèle.
Le mal est souvent fait et cette formule de la fonction de la subjectivité et de l’objet, le lien somatique multiple du sujet, dont la valeur principale objective détermine les variations subjectives, non pas seulement le produit absolu entre la relation du lien somatique et du sujet, mais ce produit dans la différence du sujet, dividende, sur le diviseur produit de l’absence du moi dans la relation de la différence du symptôme multiplié par le sujet.

Fonction de 0 à 1= somme de l’infini à P n’appartenant pas à O, multiplié par le produit de 0 à A (-Moi-Phi) multiplié par s sur (So x s) –s

\quad \int _{ 0 }^{ 1 }{ f(t)d(t) } =\quad \frac { \sum _{ P\notin O }^{ \infty }{ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)s } } }{ (Soxs)-s }



Ou encore :

Intégrale de 0 à l’infini f(t) d(t)= somme (avec P appartient à l’objet) de (So x s) –s sur le Produit de 0 à A (-M-Phi) x s

\int _{ 0 }^{ \infty }{ f(t)d(t)=\frac { \sum _{ P\in O }^{ }{ (Soxs)-s } }{ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)xs } } }




T est la variable soit de la subjectivité soit de l’objet avec leur limite respective, l’émoi et la réalité.
So est le somatique,
s est le sujet,
Phi est le symptôme,
M est le moi,
O est l’objet,
A est l’Autre,
P, déformation maintenue constante et choisie, unité de l’expérience de la réalité, est l’expression de la loi P= n (phi) (Gv1 –Gv2) Gv2 sur SG),

P=\frac { n(phi)(Gv1-Gv2)Gv2 }{ SG }



Gv sont des grandeurs variables, elles appartiennent à s,
S est le psychosomatique,
n est le facteur régulateur qui comprend le nombre des comparaisons distinctes entre les grandeurs variables, il est lié on peut dire que si n!=0 alors n=1,
Phi est le symptôme et notion de référence,
G est le désir qui est l’élément relatif.

Exemple de grandeur variable : Gv1 est la défense Gv2 le signifiant

n°13519
De fumel
Posté le 16-02-2017 à 23:19:24  profil
 

Petite correction: (désolé)

\int _{ 0 }^{ 1 }{ f(t)d(t)=\frac { \sum _{ P\notin O }^{ \infty }{ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)s } } }{ (So\times s)-s } }

et

\int _{ 0 }^{ \infty }{ f(t)d(t)=\frac { \sum _{ P\in O }^{ }{ (So\times s)-s } }{ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)s } } }

n°13521
De fumel
Posté le 17-02-2017 à 21:35:02  profil
 

hum! encore une petite correction..;

\int _{ 0 }^{ 1 }{ f(t)d(t)=\frac { \sum _{ P\notin O }^{ \infty }{ \times \left[ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)s } \right] } }{ (So\times s)-s } }

Pour la première formule.

Je pense enfin que cette formule suivante est également vraie, elle est dans mes souvenirs, logique mathématique acquise avec un professeur atypique et attachant de 2de.
Le milieu culturel aidant, l'addition et le parallèle à la mère semblaient évident, en partie en fait.
Il n'empêche que se socialiser demeurait difficile et douloureux.

\int _{ 0 }^{ 1 }{ f(t)d(t)=\frac { \sum _{ P\in O }^{ \infty }{ \left[ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)s } \right] } }{ (So\times s)-s } }

n°13525
bleuetdesc​hamps
Posté le 19-02-2017 à 13:21:35  profil
 

De fumel a écrit :


hum! encore une petite correction..;

\int _{ 0 }^{ 1 }{ f(t)d(t)=\frac { \sum _{ P\notin O }^{ \infty }{ \times \left[ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)s } \right] } }{ (So\times s)-s } }

Pour la première formule.

Je pense enfin que cette formule suivante est également vraie, elle est dans mes souvenirs, logique mathématique acquise avec un professeur atypique et attachant de 2de.
Le milieu culturel aidant, l'addition et le parallèle à la mère semblaient évident, en partie en fait.
Il n'empêche que se socialiser demeurait difficile et douloureux.

\int _{ 0 }^{ 1 }{ f(t)d(t)=\frac { \sum _{ P\in O }^{ \infty }{ \left[ \prod _{ A }^{ 0 }{ (-M-Phi)s } \right] } }{ (So\times s)-s } }

UNE PIERRE DE ROSETTE SERAIT LA BIEN VENUE. BON DIMANCHE

n°13527
bleuetdesc​hamps
Posté le 21-02-2017 à 13:39:10  profil
 

De fumel a écrit :


Ou encore :

Intégrale de 0 à l’infini f(t) d(t)= somme (avec P appartient à l’objet) de (So x s) –s sur le Produit de 0 à A (-M-Phi) x s

T est la variable soit de la subjectivité soit de l’objet avec leur limite respective, l’émoi et la réalité.

Bonjour De fumel,
Mais que c'est compliqué, alors que la plupart des gens essaient de communiquer leur pensée en faisant une synthèse de ce qu'ils veulent transmettre, vous vous décortiquez jusqu'à ce qu'on ne comprenne plus rien du tout.

C'est incompréhensible à l'infini, sauf pour son auteur, à moins qu'un code soit caché sous tous ces mots et maintenant ces chiffres, qui s'alignent sans qu'on en comprennent la raison.

Je vous embête un peu, mais je vous souhaite une bonne journée quand même !

n°13535
De fumel
Posté le 27-02-2017 à 10:30:50  profil
 

Très chère, c'est vous qui êtes un peu coquine!


Aller à :
   FORUM C dans l'air » Santé »

Le lait