france5.fr
   FORUM Les Maternelles » Développement » Enfants précoces »

Enfant précoce et difficultés scolaires

 

47 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6
Page Précédente
Auteur Sujet :

Enfant précoce et difficultés scolaires

n°2209
Isa7844
Posté le 30-08-2012 à 17:19:54  profil
 

Bonjour,
Je suis la maman d'un petit garçon de 5 ans qui a été diagnostiqué précoce en Avril. La maîtresse nous avez conseillés d'aller chez le psy car il semblait avoir un blocage en classe. Selon elle, il baillait aux corneilles et ne s'intéressait pas du tout à ce qu'on lui demandait de faire.Quelle ne fut pas notre surprise lorsque la 1ère psy qu'il a vue nous a demandé de le faire tester car elle soupçonnait une précocité.
Après la confirmation du diagnostic, la psy qui l'a testé l'a revu 5 fois et nous a dit que tout allait bien.
Seulement voilà, je suis un peu désemparée car mon fils ne veut rien faire d'autre que regarder les dessins animés, refuse de jouer seul et ne semble pas se réjouir de retourner à l'école (à part pour retrouver ses copains et jouer dans la cours). J'ai peur que sa grande section ne serve à rien (comme la petite et la moyenne) et il est hors de question qu'il saute une classe vue qu'il ne veut pas apprendre à lire et que le graphisme n'est pas au top.
Y a t il d'autres mamans dans mon cas? Merci de vos réponses et de votre aide

n°2210
Profil sup​primé
Posté le 30-08-2012 à 19:32:59  
 

bonjour,

la "précocité" est devenue un terme très à la mode, qui ne veut plus dire grand-chose.
Les enfants précoces (c'est-à-dire surdoués) sont extrêmement rares, et on ne repère généralement après 6/7 ans, avec des tests bien spécifiques.

la psy t'a dit que ton garçon allait bien, ce qui veut sans doute dire qu'il n'a pas de problèmes particuliers pour les apprentissages.
mais s'ils était "précoce", elle t'aurait donné un chiffre de Q.I., et aussi elle t'aurait mise en garde sur le fait que quand l'enfant est jeune, la "précocité" ne veut pas dire forcément grand-chose.

sinon à part ça, il y a un certain nombre d'enfants qui peuvent avoir un blocage à l'école sans être précoce;

D'autre part, si ton enfant passait son temps dans les lives ou à poser des tonnes de questions sur le pourquoi, le comment, le fonctionnement des choses ... tu pourrais te dire qu'il est très curieux d'esprit, et très vif intellectuellement.

Mais s'il passe beaucoup de temps à regarder les dessins animés, cela veut dire que c'est un enfant (surement normalement intelligent), mais qui manque de maturité pour l'instant : il envie de faire surtout ce qui lui plait, sans contraintes, un peu comme un enfant de 3 ou 4 ans.
Cela viendra, les enfants grandissent à leur rythme. Ne t'inquiètes pas, le déclic va surement se faire, s'il a une maitresse sympa et compréhensive.
 :)

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 30-08-2012 à 19:33:44
n°2211
Isa7844
Posté le 30-08-2012 à 19:41:25  profil
 

Bonsoir,
Il a fait une série de test et il a 139 de qi ( et encore il y un exercice qu'il n'a pas voulu faire...) adapte à son âge ( on peut les tester à partir de 2 ans ).
J'espère en effet que sa maîtresse de cette année sera un peu plus motivée pour voir comment prendre les choses.....

n°2213
charlem81
Posté le 31-08-2012 à 13:58:41  profil
 



@ Isa : Oublie Cerealees sur ce sujet, elle véhicule juste de vieilles phrases toutes faites sur le sujet.

Sur quoi bloque-t-il précisément ? C'est aller à l'école, faire certaines choses à l'école ?
S'il baillait aux corneilles, c'est peut-être qu'EFFECTIVEMENT, ça l'ennuyait.

Tous les précoces ne sont pas SCOLAIRES. Ne pas aimer l'école n'efface en aucun cas ses capacités innées, l'intelligence n'est pas uniquement ce qu'on fait à l'école. Dans le rapport du psy, il y a sûrement un certain nombre de remarques sur son fonctionnement... et ce sont ces remarques qui t'aideront le plus à trouver comment l'aider. Le chiffre du QItotal est assez peu intéressant au final.
Comme pour tous les enfants, l'important est de trouver sa façon d'apprendre, sa façon d'apprécier la découverte. Etre précoce ne veut pas dire ne pas aimer les choses de son âge.
Pour ce qui est de jouer seul ... joue-t-il en groupe ? Pour jouer seul, il faut avoir des ressources trouvées en jouant avec quelqu'un d'abord ;) N'hésite pas à jouer simplement avec lui de temps en temps, par exemple en mettant en scène des trucs vu dans ses DA au départ. ;)

Pour avoir un peu de doc ( les deux plus grandes associations) :
http://nouvsite.anpeip.org/ind [...] Itemid=829
http://www.afep-asso.fr/


---------------
Preums, oct 2005, Deuz, juil 2011 ... Troiz, née janv 2013
"Les enfants, on les élève tous du mieux qu'on peut... mais y'en a qui retombent, t'y peux rien"  ^^ - ma grand-mère qui en a élevé une dizaine.
n°2217
charlem81
Posté le 31-08-2012 à 18:16:12  profil
 

Eh bien, c'est sûr qu'avec toi en face, les parents démunis face à leur enfant doivent à peine se sentir jugés pfff:{}

Je le sais parfaitement que certains vont très bien, j'en ai même trois à la maison lol:{}


---------------
Preums, oct 2005, Deuz, juil 2011 ... Troiz, née janv 2013
"Les enfants, on les élève tous du mieux qu'on peut... mais y'en a qui retombent, t'y peux rien"  ^^ - ma grand-mère qui en a élevé une dizaine.
n°2218
Profil sup​primé
Posté le 31-08-2012 à 19:12:26  
 

du tout, aucun jugement.

mais mon rôle c'est d'aider et soutenir l'enfant.
et parfois il arrive que des parents aient très envie de voir leur gamin devenir champion de tennis, de gym, ou enfant surdoué.
et c'est dans ces cas-là que j’interviens gentiment en faveur de l'enfant.

n°2219
charlem81
Posté le 31-08-2012 à 21:53:31  profil
 

Si, vu que tu décides que rien ne découle de leur précocité, d'une éventuelle inadaptation du ou au système scolaire mais que si problème il y a c'est lié aux pressions des parents ( ou alors tu t'exprimes très mal et c'est dommage pour quelqu'un dont le métier repose sur les mots) et à rien d'autre.

Si tu fais vraiment passer des tests et que tu dois conseiller des parents pour l'école ... lire le rapport Delaubier déjà te ferais du bien.

Ce qui m'étonne c'est que tu as l'air de faire tous les métiers du monde de l'enfance. lol:{} mais c'est peut-être une incompréhension de ma part, vu que tu ne nous as jamais vraiment répondu à ce sujet ^^


---------------
Preums, oct 2005, Deuz, juil 2011 ... Troiz, née janv 2013
"Les enfants, on les élève tous du mieux qu'on peut... mais y'en a qui retombent, t'y peux rien"  ^^ - ma grand-mère qui en a élevé une dizaine.
n°2220
Isa7844
Posté le 31-08-2012 à 22:02:04  profil
 

Je ne pensais pas déclencher de telles réactions!!!! Je vais voir comment se passe la rentrée et quelles réactions aura la nouvelle instit! Si tout va mieux tant mieux sinon je contacterai les assos que tu m'as citées....

n°2221
charlem81
Posté le 31-08-2012 à 22:21:04  profil
 

désolée Isa, pas ta faute, je sur-réagis un peu face à cerealees suite à certaines péripéties ...désolée ;)

Je te mp un forum de parents dans ta situation au cas où ça t'intéresse :)


---------------
Preums, oct 2005, Deuz, juil 2011 ... Troiz, née janv 2013
"Les enfants, on les élève tous du mieux qu'on peut... mais y'en a qui retombent, t'y peux rien"  ^^ - ma grand-mère qui en a élevé une dizaine.
n°2222
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2012 à 09:10:01  
 

Isa,

cette psy qui a fait le calcul des tests (138 de QI, pour un WISC, j'imagine ?), que -t-a-t-elle conseillé ?

Tu espère que l'instit de cette année sera plus "compréhensive pour comprendre les choses" ... dans un sens, je te comprends.

mais dans un autre sens : l'instit a aussi une classe de 20 à 30 élèves à gérer, tous différents.
et d'autre part, l'école est un lieu d'apprentissages scolaires c'est vrai, mais c'est aussi un lieu de socialisation, où on se fait des copains, on découvre des gens différents de soi, et où on apprend les règles collectives de la vie en société.

Il arrive que des enfants (qui ont des très bons résultats aux tests) évoluent de façon dysharmonique :
c'est-à-dire, investissent à fond les apprentissages théoriques et culturels, le langage, le vocabulaire.
mais à côté de cela, manifestent une immaturité affective et sociale, et un désintérêt pour le sport, une grande maladresse motrice ...
Le rôle de l'instit., c'est alors d'aider cet enfant à évoluer aussi sur les autres plans (intelligence sociale, imaginaire, motricité).
et c'est là que certains parents n'acceptent pas les conseils de l'instit.

Et donc c'est là aussi qu'on voit la différence entre des enfants authentiquement "surdoués", qui vont être assez brillants partout, ou avec quelques décalages, mais pour qui les parents accepteront tout à fait les conseils de l'instit. ou des professionnels (= essayer de réguler les différents mode d'intelligence et de développement de leur enfant)
... et des enfants sur-stimulés par leurs parents sur le plan intellectuel
(quand les parents misent tout sur les apprentissages scolaires, et n'ont qu'une idée fixe, c'est de faire sauter une classe à leur enfant).


je parle en général.
Mais c'est juste pour dire que les conseils de l'instit, ou de la psychologue scolaire (même s'ils ne vont pas dans le sens des parents) SONT PARFOIS DE BONS CONSEILS.
et même si ça ne va pas dans toujours le sens des Associations de Parents d'enfants EIP, qui parfois insistent trop sur la particularité de l'enfant, en faisant croire aux parents que tout sera réglé en sautant une classe, ou en allant dans une école pour surdoués (très chères).

Récemment j'ai lu le témoignage d'une Directrice d’école élitiste pour enfants EIP, qui disait qu'elle était alarmée du nombre de tentatives de suicides de jeunes dans son école depuis quelques années.
Et pourtant cette école était adaptée pour eux, on ne pouvait pas dire là, que c'était de la faute des profs qui ne comprenaient rien aux EIP !


Message édité par Profil supprimé le 01-09-2012 à 09:20:54
n°2231
marie3448
Posté le 06-09-2012 à 21:33:35  profil
 

bonjour, j'ai trois enfants deux garçons de 15 et 14 ans et une fille de 12 ans. Les deux ainés ont été testés et diagnostiqués précoces et ont chacun passé le CE2. Ils sont actuellement en première S et seconde section sportive. Ils ont une scolarité brillante et tout se passe bien pour eux. En revanche, ma fille de 12 ans qui vient de rentrer en 5ème a de grosses difficultés de concentration en classe, et pour elle l'aprentissage scolaire est difficile. Cela depuis l'entrée en maternelle. L'année dernière elle a été téstée par la même psychologue qui avait tésté ses frères et il s"avére qu'elle a exactement le même Q I qu'eux. Elle a été suivie pendant trois ans par cette psychologue, a eu un suivi orthophonique (assorti d'un bilan), a eu un uivi par une psychomotricienne et même une orthoptiste, bref la totale....Malgré tout cela, elle galère et surtout n'a pas confiance en elle. j'ai l'impression qu'elle décroche en classe, qu'elle plane pendant les cours.Si quelqu'un a une idée pour l'aider merci de m'en faire part, elle sera la bienvenue. Merci d'avance

n°2232
lasoaz
laughing cleans the teeth
Posté le 06-09-2012 à 22:28:19  profil
 

je réagis juste sur ce que tu as dit Cerealees et n'ai pas encore tout lu, un ado précoce qui est déprimé fait des ts ce n'est pas parce qu'il a trop de pression de l'entourage.
un enfant surrefficient se met la pression tout seul (au grand désarroi des parents d'ailleurs) et ce qui le rend depressif c'est ce sentiment d'être seul, l'impression d'être inadapté à ce monde, voire d'être "fou". Vivre en ayant un fonctionnement différent des autres en se sentant en inadéquation avec ce monde n'est pas chose facile, et c'est épuisant, cela demande en permanence des efforts d'adaptation, ne serait ce que pour comprendre les codes. Et pour y mettre du sens.
heureusement la douance est de moins en moins tabou, c'est ce qui me réjouit pour nos enfants; les instits s'y interessent, se forment, orientent etc.


Message édité par lasoaz le 07-09-2012 à 07:14:33
n°2234
malibu844
Posté le 10-09-2012 à 08:07:30  profil
 

Bonjour à toutes.
Mon enfant de 16 ans a toujours été spécial. Il a fait les tests de qi cet été et il s'est révélé qu'il faisait bien partie des enfants "dits" précoces. Sauf qu'il y a aussi en plus l'adolescence : il n'a jamais aimé aller à l'école (petit il était mal vu car savait tout...) l'année dernière s'est fini en catastrophe j'ai du supplier le conseil pour qu'il passe en 1er L selon son choix et après les tests.
Il n'est toujours pas allé à l'école depuis le 4/09 !
La conseillère d'orientation le reçoit en urgence (c'est elle qui lui a fait passer les tests)
Il veut faire sa scolarité avec le CNED à la maison !
Je suis complètement démunie ! Non seulement il ne va pas travailler mais en plus il va se renfermer sur lui-meme ! Et la conseillère lui donne raison !
Avez-vous des enfants qui ont fait leur scolarité avec le CNED ?
Je suis en train de baisser les bras et je ne le soutien plus.
Je n'ai pas trouvé d'association dans ma région (84) pour en parler
Merci de votre aide

n°2235
Profil sup​primé
Posté le 10-09-2012 à 09:24:55  
 

A lasoaz,
""un enfant surrefficient se met la pression tout seul (au grand désarroi des parents d'ailleurs) ""

 pfff:{}
je ne suis pas d'accord, cela est assez rare.
En réalité, il y a beaucoup de parents qui sur-stimulent leur enfant dés le plus jeune âge.
il faut entendre le nombre de témoignages de mamans qui ont fait lire leur enfant à 9/10 mois, qui l'ont rarement laissé jouer seul, et lui ont présenté des tas de jouets éducatifs dés le plus jeune âge.

Si tu veux en avoir une idée, va consulter le forum Doctissimo (famille = enfants précoces), lis-le régulièrement, et sur un an ou deux, tu verras le nombre de situations familiales où les parents mettent (avec les meilleurs intentions du monde) la pression sur leur enfant.
Dans les consultations des professionnels de l'enfance aussi, il se dit beaucoup de choses, en creusant un peu
("je vous assure que mon enfant - 3 ans- s'est passionné tout seul pour les dinosaures, il connait tous les noms, et dés l'âge de 9 mois, c'est lui qui voulait tout appendre sur les dinosaures !!" heink:{} ).


Alors, bien sur qu'il y a des enfants naturellement très doués et brillants, et leur avance n'est pas facile à vivre.

mais de la même façon que tu peux aussi croiser des jeunes filles qui ont fait une grande poussée de croissance, sont très grandes, et dépassent tous ceux de leur classe de loin :
certaines vont assez bien le vivre/ et d'autres non.


Message édité par Profil supprimé le 10-09-2012 à 09:26:18
n°2236
Profil sup​primé
Posté le 10-09-2012 à 09:30:54  
 

Malibu844,

Tu dis que ton ado a "toujours été spécial", et qu'ils 'enferme de plus en plus.

A-t-il déjà consulté un pédopsychiatre ? (ou un psychologue clinicien = c'est -à-dire qui ne fait pas forcément passer des tests mais qui écoute les jeunes dans leur désarroi) ?

Même si ton fils s'inscrit au CNED, à mon avis il y aune chose que tu devrais absolument exiger (avec son père) :
c'est qu'il ait une vie sociale : des amis, qu'il fasse un sport, une activité, de la musique, des arts ou autre...?
Mais qu'il ait un ou des projets personnels, et une vie collective (hors de la maison).

Si ton fils s'enferme de plus en plus et devient morose, là il faut vraiment consulter un psy. !

Courage.


Message édité par Profil supprimé le 10-09-2012 à 09:31:17
n°2237
Ziboulette​72
Posté le 10-09-2012 à 12:31:17  profil
 

Cerealees,

Je veux bien te croire quand tu dis que bien des parents "sur-stimulent" leurs enfants. Font de leur progéniture ce dont ils rêvent et ce bien évidemment avec les meilleures intentions et sans avoir conscience qu'au final, ils ne le rendent pas service...
Après, quand des parents réellement désarmés appellent à l'aide, il y a des délais impensables pour les rdv chez les spécialistes de la petite enfance...

Mais il y en a plein d'autres... comme chez moi...

Alors, attention, Marius n'a pas été testé et donc pas diagnostiqué. Et au final, pour la minute, je m'en fiche...

Pour mon cas personnel, je suis heureuse d'avoir été plutôt bien encadrée (ce qui n'est pas le cas partout).
Ma démarche de base n'avait rien d'intellectuelle. C'est un concours de circonstance qui a fait que l'assistante sociale et la nouvelle maîtresse du gamin à l'école ont mis le doigt sur quelque chose chez mon petit bonhomme.
Ensuite, j'ai eu encore de la chance avec cette maîtresse qui l'a prise en charge quand il a sauté la 2ème maternelle (moyenne section). Elle n'a pas fait plus avec lui, aucune nécessité. Elle m'a juste rassurée en me disant qu'elle le gardait pour l'année, pour ne pas le perturber et qu'en fonction de son évolution, nous verrions s'il refaisait la 3ème (grande section) ou pouvait intégrer la 1ère primaire (CP si je ne me trompe pas).
Au final, les petits tests d'aptitude organisés par le PMS (PMI), d'après l'assistante sociale, il les a réussis avec très bon niveau. Au delà de celui de la plupart des élèves de sa classe.
Emotionnelement, il n'a eu aucune difficulté à s'intégrer à ce nouveau groupe.
Et nous avons vu une amélioration dans son comportement à la maison.

Je ne l'ai jamais stimulé. J'ai d'ailleurs souvent culpabilisé de ne pas avoir le temps de jouer avec lui étant donné qu'il a deux petits frère qui ont 2 ans de moins que lui et que j'ai repris le travail à temps plein.

Aujourd'hui, j'ose espérer que ce saut de classe aura été une solution à long terme, qu'il n'y en aura pas d'autre.
Il a été décidé avec l'assistante sociale et la psy de laisser les choses en l'état pour l'instant. Si le "décallage" dans l'apprentissage se refait sentir, nous envisagerons alors les tests.

En espérant que c'est la meilleure chose à faire :)


Message édité par Ziboulette72 le 10-09-2012 à 12:36:15

---------------
Ziboulette...
Cocotte 12/11/99 - 3 FIVicsi-3ia--> Loulou 12/02/07 - 4ia-2FIVicsi (+tec) --> bouboule et mini-croquette 11/05/09 -
Un peu de courage + bcp de patience + de l'aide médicale + le soutien des proches = du bonheur et encore du bonheur!!!
n°2238
Profil sup​primé
Posté le 10-09-2012 à 13:47:13  
 

jap:{}  jap:{}

Les vrais enfants naturellement précoces, ou disons très très éveillés, ce sont ceux-là !
quand les parents n'ont rien demandé, sont plutôt surpris qu'on leur annonce que leur enfant a de l'avance, ne cherchent pas à calculer un QI, ni à intégrer une Assoc. de parents d'enfants EIP pour leur rejeton de ... 5 ans.

j'ai une famille de 4 cousins/cousine un peu hors-normes (ils ont maintenant entre 40 et 50 ans), ils ont fait des très grandes école, Polytechnique et Normal-sup :ce sont des gens hyper simples, ma tante ne leur a jamais fait passer de QI, ils ont tous mariés avec des gosses, et passent assez inaperçus.
Mais dans la famille, nous savons tous que ce sont de grosses têtes. Certains d’eux sont un peu rêveurs (genre le Professeur Tournesol dans Tintin), pas très bavards, pas du tout sportifs, voire même un peu gauches lol:{} , et en tous cas, aucun ne ramène sa science.

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 10-09-2012 à 13:50:08
n°2239
Ziboulette​72
Posté le 10-09-2012 à 14:09:41  profil
 

Dans le temps... Mon papa aurait 70 à aujourd'hui, on ne testait pas les gens.
Je crois que si tel avait été le cas, très probablement, il aurait été diagnostiqué HP, précoce, surdoué... On peut appelé ça comme on veut.

Il apprenait tout, sans difficultés, math, français, langues... Et en plus, il était doué de ses mains.
Le cerveau constamment en ébulition...

A la naissance de mon frère aîné (qui à 9 ans de plus que moi) alors qu'il avait 21 ans, il a repris ses études. (Il avait intégré l'école royale militiare à 16 ans et était officier). Il a décidé de faire une licence en criminologie. Ce qu'il a fait, avec grande distinction et tout ça, en allant à la pèche pendant les blocus!!!
Ma mère devenait chèvre de voir ça.

Perso, je n'ai pas fait de grandes études. L'émotionnel a pris le dessus sur mes capacités. Mais honnêtement, je n'ai jamais fait d'effort pour apprendre non plus.

Alors, si ça tombe, mon fils n'est peut-être pas HP au final. Il a peut-être hérité de bon gêne de mon papa...(plus que imoi :-))

Mon aînée aura 13 ans fin de l'année. Elle est en 2ème secondaire chez nous (Collège en France, je crois).
Enfin, dans l'année normale de son âge. Elle a toujours eu le maximum à l'école. Autant en math qu'en Français... Et toujours super sage :-)
Une élève modèle...

C'est cool de savoir que nos enfants apprennent bien.

Mais la maîtresse qui a suivi Marius l'an dernier est la même que Caroline en 3ème maternelle et elle, n'a pas de doute.

Caroline est une enfant "scolaire". Elle a besoin de faire plaisir à la maîtresse en plus d'avoir des facilités de mémorisation. Très appliquée, elle retient ce que la maîtresse enseigne tout au long de la journée.
Elle a commencé à se mettre la pression à partir du moment où elle a été cotée ou évaluée.

Marius est plus un intuitif. Il a un fort esprit de compétition mais dans le jeux. Il a des réflexions assez particulière et se met la pression sur certaines choses depuis son plus jeune âge.
Quand il essaie de faire qqch et qu'il n'y arrive pas (ne fusse que de fermer son pantalon), il s'énerve, pleur ou limite fait des colères parce qu'il n'admet pas qu'il n'y arrive pas.
Quand il faisait un dessin et qu'il ratait une ligne, c'était le drame...

Depuis la prise en charge chez la psychiatre, je me suis fait violence de lui changer les idées le plus souvent possible lorsqu'il commençait à compter... Elle nous a vivement conseillé de l'aider dans sa quête d'éveille, mais de ne plus rien faire (ou le moins possible) de "scolaire".
Donc, nous lui avons offert les DVD "il était une fois la vie", il adore...
Invitons, le plus souvent possible, des petits copains comme ça, il joue dehors à des jeux de son âge.
Ca fonctionne.

Finalement, il a intégré, il y a une semaine la première primaire. Il est tout fier, ça se passe super bien.
Maintenant, il faut espérer qu'un nouveau décallage ne se fera pas sentir, qu'il est juste bien éveillé et un peu en avance... :-)


Message édité par Ziboulette72 le 10-09-2012 à 14:10:30

---------------
Ziboulette...
Cocotte 12/11/99 - 3 FIVicsi-3ia--> Loulou 12/02/07 - 4ia-2FIVicsi (+tec) --> bouboule et mini-croquette 11/05/09 -
Un peu de courage + bcp de patience + de l'aide médicale + le soutien des proches = du bonheur et encore du bonheur!!!
n°2240
charlem81
Posté le 10-09-2012 à 14:54:12  profil
 



Oui, c'est sûr quand un enfant te surprend à savoir lire avant 4 ans, c'est tellement anormal de chercher du soutien et de l'aide dans une association pfff:{}


---------------
Preums, oct 2005, Deuz, juil 2011 ... Troiz, née janv 2013
"Les enfants, on les élève tous du mieux qu'on peut... mais y'en a qui retombent, t'y peux rien"  ^^ - ma grand-mère qui en a élevé une dizaine.
n°2241
lasoaz
laughing cleans the teeth
Posté le 10-09-2012 à 19:20:09  profil
 

Cerealees je ne peux pas être d'accord, vu que ma famille est concernée et au fil du réseau que je me fais je ne vois que des personnes comme nous, Qui découvrent le truc par hasard, et qui en connaissant les écueils ne cherchent pas la performance, mais le bien être de leur enfant, hypersensible, angoissé, humble , se dévalorisant avec un cerveau aux engrenages particuliers à comprendre et canaliser etc...; je ne sais pas dans quelle circonstances tu rencontres les parents, un domaine peut être hyper spécialisé, que tu ne voies passer que des parents qui aiment briller et vivent au travers de leur enfant, m'étonne pour moi ce n'est pas je pense une généralité.
ça me semble tellement loin de ce qu'on vit. On n'en parle à personne de crainte des réactions.
ici savoir de quoi il en retournait a soulagé ma fille qui était en train de complètement déprimer alors qu'elle était en Grande section.
Je suis aujourd'hui contente d'avoir un médecin et une psychologue qui connaissent très bien le sujet pour le vivre au quotidien, nous ça nous soulage carrément.


Message édité par lasoaz le 10-09-2012 à 21:10:22
n°2242
lasoaz
laughing cleans the teeth
Posté le 10-09-2012 à 20:24:31  profil
 

Malibu, je ne sais que dire si ce n'est qu'effectivement trouver un thérapeute qui s'y connait pourrait l'aider. Les thérapeutes ne sont pas encore suffisamment formés à ces particularités, et ne pas en tenir compte dans une thérapie c'est embêtant.
as tu essayé sur les sites Jeanne siaud Facchin ou Monique de kermadec? je crois que de leurs liens ont peut envoyer des mails directement.


Message édité par lasoaz le 10-09-2012 à 21:12:51
n°2245
Profil sup​primé
Posté le 11-09-2012 à 08:58:22  
 

Ziboulette, je te cite :

""Depuis la prise en charge chez la psychiatre, je me suis fait violence de lui changer les idées le plus souvent possible lorsqu'il commençait à compter... Elle nous a vivement conseillé de l'aider dans sa quête d'éveille, mais de ne plus rien faire (ou le moins possible) de "scolaire".
Donc, nous lui avons offert les DVD "il était une fois la vie", il adore...
Invitons, le plus souvent possible, des petits copains comme ça, il joue dehors à des jeux de son âge.
Ca fonctionne."""

 jap:{}


Lasoaz,

je suis certaine que tu fonctionne sur le même mode que Ziboulette, au naturel, ainsi qu'un certain nombre d'autres parents pour qui la question de la "précocité" ou non de leur enfant n'est pas une préoccupation cruciale depuis son plus jeune âge.
et c'est sas doute pour ça que tu ne vois pas les dérives actuelles.

Actuellement, on parle énormément de ce sujet "enfant précoce".
Il y a eu un nouveau règlement à Education Nationale il y a quelques années, demandant aux profs/instits, de veiller à repérer les enfants surdoués/précoces, et de les détecter, même s'ils sont en apparence en difficultés scolaires.
Les instits/profs sont dont à l'affut de l'"enfant-prodige", et en parlent aux parents (même s'ils n'en savent rien du tout).
Idem pour les pédiatres qui disent fréquemment à des parents d'enfants de 3 ans (!) : "votre enfant est peut-être précoce, allez passer des tests"...
Bref, il y a un effet boule de neige, et aussi un effet un peu pervers pour les parents qui sont persuadés (souvent à tort = les vrais enfants HP étant rares) que leur enfant est un prodige.
Et à côté de ça, il y a aussi des jeunes parents qui sur-stimulent leur enfant dés le pot, parce que c'est à la mode !

Il y a d'ailleurs chaque année des Congrès réunissant des professionnels de l'enfance sur ce sujet "précocité/enfants HP", et chacun y va de sa conception, entre les chercheurs en Sciences Cognitives, et les psy. cliniciens (qui tentent de ramener le débat à un niveau plus raisonnable).

je n'invente rien du tout.
 :)


Message édité par Profil supprimé le 11-09-2012 à 09:01:55
n°2255
lasoaz
laughing cleans the teeth
Posté le 11-09-2012 à 18:52:44  profil
 

non, mais c'est quand même étrange, je ne sais pas si ces parents mesurent ce que cela peut être pour un enfant de se sentir différent des autres, d'être seul en récré parce que les autres n'ont pas les même jeux, de ne pas dormir parce que le monde nous angoisse.
je suis partagée quant à la psychiatrie sur le sujet, je constate en effet que c'est un sujet hors cursus, qui n'apparait pas dans les dossiers des patients. Travaillant dans le système, pour moi il y a là une grosse lacune et l'eventualité d'erreurs de diagnostic. c'est un filtre pour moi dont on doit tenir compte, et ne pas en tenir compte peut être vraiment préjudiciable au patient.
Enfin, je suis en chemin là dessus.


Message édité par lasoaz le 11-09-2012 à 18:57:40
n°2256
Profil sup​primé
Posté le 11-09-2012 à 19:45:42  
 

je ne comprends pas bien, que veux-tu dire ??

tu voudrais qu'une personne soit étiquetée "EIP" dans un dossier ???

en sachant toutes les dérives actuelles qu'il y a, question Commerce ?
(il y a de plus en plus de psychologues en libéral qui se proclament spécialistes en précocité, font passer des tests très cher, font revenir plusieurs fois les familles -bing, bing- et font même des QI rehaussés, -truqués- de convenance, pour avoir une bonne réputation et se faire de la clientèle !)

C'est un vaste fourre-tout la mode EIP.
D'après certains spécialistes du sujet, c'est à partir d'un QI de 125 (quand tu sais que les étudiants en Université ont quasi tous des QI entre120 et 130 !), pour d'autres c'est 130 ...

Et puis, la question des tests et du QI est tellement, tellement subjective.
 sarcastic:{}
Le WISC IV est devenu un outil d'exploration de la "précocité" (entre autres) ... il y a des épreuves abstraites tellement complexes (et très subjectives) que même les psychologues ne savent pas pourquoi c'est la bonne
réponse !!
c'est quand même fort (et bien sur, ce n'est pas expliqué dans le manuel)
Dans ce nouveau test, il n'y a quasiment plus de d'exercices verbaux en lien avec l'intelligence sociale et émotionnelle. C'est devenu essentiellement abstrait et "mathématique".
quand on sait l'importance de l'émotionnel, le social, l'imaginaire, l'affectif dans la notion d'intelligence...

Faire passer un test, normalement ça suppose des entretiens avec la famille, et des tests de personnalité.
Si tu vas lire régulièrement le forum Docti., ou si tu rencontres des gens concernés, tu verras le nombre de témoignages où on a juste fait passer un test cognitif à l'enfant, sans chercher à en savoir plus (ni sur la personnalité de l'enfant, ni sur le vécu familial).
Et paf, le diagnostic tombe : "QI = 130, votre enfant est surdoué !"

Et quand ce genre de dérive se passe, c'est l'enfant qui va trinquer : avec une belle étiquette sur le dos, des parents très fiers et très impatients qu'il saute une classe.
(et si l'instit n'est pas trop d'accord pour le saut de classe, ou parle aussi de retard de maturité sociale, ou conseille d'investir aussi la motricité, on lui braque le QI sous le nez !).

bref, le sujet fait couler beaucoup d'encre.


Message édité par Profil supprimé le 11-09-2012 à 19:52:02
n°2257
Ziboulette​72
Posté le 11-09-2012 à 20:07:58  profil
 

Effectivement, ça fait peur...


---------------
Ziboulette...
Cocotte 12/11/99 - 3 FIVicsi-3ia--> Loulou 12/02/07 - 4ia-2FIVicsi (+tec) --> bouboule et mini-croquette 11/05/09 -
Un peu de courage + bcp de patience + de l'aide médicale + le soutien des proches = du bonheur et encore du bonheur!!!
n°2258
lasoaz
laughing cleans the teeth
Posté le 11-09-2012 à 21:01:21  profil
 

on ne parle pas de la même chose Cerealees, du moins on ne la regarde pas du même bout, quelle personne aimerait avoir une étiquette?
ce qui m'interpelle c'est qu'effectivement les particularités cognitives sont rarement prises en compte en psychiatrie , et je parle en général. Pour moi c'est un tort car le cognitif infflue sur le psychisme et inversement et on ne soigne pas quelqu'un en ne le considérant pas dans sa globalité. Ce que je constate c'est qu'une personne peut être considérée comme logorrhéique ou sthénique par exemple alors qu'elle a juste un cerveau qui va vite. s'il va vite, quelle en est la cause: bipolarité? douance? si on se trompe c'est quand même très embêtant... la manière d'être au monde aussi de certains HP, enfin bon, on peut aussi ne rien faire mais alors que fait on pour ces personnes en question.
je ne suis pas au fait des dérives, de ceux qui se font de l'argent sur les difficultés des autres, je ne gravite pas dans ce milieu spécifique (et travaille dans le public), je souligne juste qu'il convient d'être vigilant et ne pas passer à côté de quelque chose qui pourra sortir quelqu'un de son mal être si c'est identifié. c'est du même acabit que les troubles dys, si on n'en tient pas compte, ce ne sera pas aidant.. ça me rappelle une gériatre qui se mettait du mauvais côté pour parler à un patient hémiplégique privé d'un hémichamp...
comment comprendre et entendre la souffrance de quelqu'un si on ne le perçoit pas tel qu'il est?
je parlais aussi des personnes en depression, et des difficultés scolaires, quand la vivacité ne suffit plus et qu'il faut démontrer, quand on demande ce par coeur qui ne sied pas à ces enfants là qui ont besoin de comprendre et de mettre du sens en permanence, etc...si on occulte cette particularité, on aura du mal à soigner.
j'ai l'impression que tu rencontres de drôles de parents ou du moins totalement inconscients dans leurs démarches, et qui vivent par procuration.


Message édité par lasoaz le 11-09-2012 à 21:15:29
n°2259
charlem81
Posté le 11-09-2012 à 22:16:30  profil
 

Je ne comprends pas bien Cerealees... tu condamnes les dérives commerciales de certains et en même temps les associations qui tentent de les juguler ? ( pas une attaque, je cherche la logique, je ne suis pas trop émotionnellement instable aujourd'hui ^^)
Il est certain qu'en étant de l'"Autre côté " quelque soit exactement ton poste, tu ne ressens pas les choses comme beaucoup de familles au quotidien. Je maintiens que ce n'est pas si rare de "vrais" HP ( ton vrai me gêne à chaque fois mais passons ^^), aussi peu rare que des déficients mentaux. Je ne comprends pas bien qu'on doute de leur existence.
La "nouvelle" législation de l'EN ( qui date quand même de quasi 10 ans ^^ ) ne fait que reconnaître qu'on doit prendre en compte les particularité de chacun pour l'aider au mieux à réussir.

L'intelligence dans sa richesse, comme tu l'évoquais si bien dans les relations sociales, etc n'est pas forcément non plus une intelligence du groupe, de se fondre dans la masse. On peut avoir une façon de penser tellement originale qu'on se retrouve en "échec" de répondre aux attentes d'un système scolaire formaté et formatant tout en étant un enfant puis un adulte curieux, équilibré et acceptant les règles de la vie en société. Tu as l'air d'opposer les deux comme si, en étant bien dans sa peau on réussissait nécessairement à l'école et comme si avoir des facilités extrêmes face aux matières scolaires sans être "poussés" immunisait de la dépression et du mal-être.

Essaie, d'imaginer un monde où tu penserais systématiquement les choses par une logique différente des autres, où du coup la moindre consigne simple est sujette à mille interprétations qui te paralysent ( vu que tu ne sais jamais ce qu'on attend vraiment de toi ), un monde où chaque idée qui surgit naturellement en toi est jugée "bizarre" et par extension tu es jugée bizarre. Un monde où tu perçois des solutions simples mais que tu vois s'autodétruire, où tu vois toutes les possibilités de catastrophes à quasi chaque action que tu entreprends... tu ne le souhaites pas pour tes enfants après.
mais si en plus, quand tu vas demander de l'aide pour soutenir cet enfant, on te soupçonne systématiquement de narcissisme et autres choses bien moins flatteuses, que personne ne veuille en tenir compte pour l'aider, c'est usant.


Un exemple tout bête : une gentille précocité peut cacher une hyperactivité ou une Dyslexie par exemple, par compensation... ne pas en tenir compte, c'est laisser passer aussi ce genre de choses.


---------------
Preums, oct 2005, Deuz, juil 2011 ... Troiz, née janv 2013
"Les enfants, on les élève tous du mieux qu'on peut... mais y'en a qui retombent, t'y peux rien"  ^^ - ma grand-mère qui en a élevé une dizaine.
n°2260
Profil sup​primé
Posté le 11-09-2012 à 22:20:48  
 

"""s'il va vite, quelle en est la cause: bipolarité? douance? si on se trompe c'est quand même très embêtant... la manière d'être au monde aussi de certains HP, enfin bon, on peut aussi ne rien faire mais alors que fait on pour ces personnes en question."""

et bien justement ... la douance peut être interrogée aussi sur le plan psychique (quand ça se passe mal : difficultés d'intégration, dépression, isolement ...).
quand ça se passe bien il y a rarement des consultations et même, rarement des tests ...souvent un saut de classe, et ça suit son cours.

je crois que les psychologues/psychiatres/psych analystes se sont aperçus que dans certains cas, où ça se complique, il ne s'agit pas forcément de douance, mais d'Autisme Asperger, ou autre diagnostic...
Il y aussi chez l'ado ou l'adulte des formes d'intelligence très vives et particulières, qui sont en fait liées à des symptomatologies psychiatriques (psychose, maladie bipolaire, notamment quand le langage et l'écriture sont très brillants, et que la syntaxe devient très "personnelle", avec mélanges ou associations de mots).

et sinon j'ai une amie qui bosse en psychiatrie, elle fait souvent passer des tests de QI, donc l'aspect cognitif est aussi prit en compte ... mais pas que.

Par contre, oui, je suis d'accord avec toi que parfois dans le cadre scolaire, certains enfants en difficultés (ne serait-ce que auditives) passent parfois de sales périodes, avant qu'on découvre la raison de leur retard.


Message édité par Profil supprimé le 11-09-2012 à 22:23:03
n°2262
lasoaz
laughing cleans the teeth
Posté le 14-09-2012 à 23:58:19  profil
 

je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce que tu dis; je pense qu'on ne parle pas de la même chose. Il y a des champs communs entre certaines pathologies et la douance, dans la manière d'être au monde nottamment, après certains malades sont aussi des personnes surrefficientes, l'un n'exclue pas l'autre. Cela n'empeche qu'il convient d'être précis, hors comment l'être si on n'est pas au fait de certaines particularités?
je pense que quand quelqu'un ne va pas bien, il est très important de connaître un maximum de paramètres le concernant pour l'entendre et le soigner efficacement; si j'ai un patient dyslexique et que je l'ignore, je vais passer à côté de sa manière de fonctionner, de tout un pan de sa souffrance et des stratégies qu'il aura mis en oeuvre pour pallier à ses difficultés par exemple. si on utilise des outils thérapeutiques inadéquats à quoi cela sert? si quelqu'un est auditif et qu'on ne lui propose que du visuel dans lequel il est paumé , quel intérêt? Comment soigner quelqu'un si on n'a pas envie de le connaître?
enfin bon, c'est un sujet épineux, mais avoir une appréciation au plus juste de la personne que je vois en thérapie ça me tient vraiment à coeur. Et mal soigner parce qu'on n'a pas vu ou pas voulu entendre, ça fait mal.


Message édité par lasoaz le 15-09-2012 à 00:30:37
n°2266
Profil sup​primé
Posté le 15-09-2012 à 15:20:03  
 

je suis d'accord avec toi.
et bien sur qu'avant de commencer une thérapie, il vaut mieux savoir le plus possible où se situent les difficultés et/ou souffrances de la personne, et pas seulement sur un plan psychologique.
 jap:{}


Message édité par Profil supprimé le 15-09-2012 à 15:20:39
n°2295
Ihope
Posté le 02-11-2012 à 09:45:47  profil
 

bonjour,
je suis maman d'un enfant diagnostiqué EIP depuis juillet 2011, les résultats sont dysharmoniques mais le diagnostique est confirmé par le centre des troubles des apprentissages. Son profil est particulier et colle parfaitement aux différents traits de caractère d'un EIP. Au départ, ce n'était pas la précocité qui était recherchée mais des troubles praxiques que l'on a pu écarter très vite. Cependant, il est en difficulté scolaire parce qu'il est dysgraphique, qu'il se fatigue très vite et que la lecture lui pose problème (8 ans en ce2). J'ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, elles ont su me guider mais le chemin est long et entreprendre toutes ces démarches pour la centre des troubles des apprentissages, trouver les bons spécialistes peuvent être parfois décourageant. Mon fils est dans une école où les professeurs sont à l'écoute et près à essayer des adaptations, ça se met en place petit à petit mais il faut laisser le temps aux divers intervenants d'apprendre ce qu'est un EIP en difficulté (évaluations à l'oral, suivre les cours de cm1 tout en restant en ce2 car il est dans un double niveau, alléger l'écriture ...). Je suis CPE dans un collège, on assaie de faire bouger les choses, on s'informe, on fait des stages et on adapte au mieux quand on sait comment adapter.Je vais également m'investir à l'AFEP car j'ai envie que les choses bougent et rapidement pour ces enfants qui souffrent plus que ne le croit.
Ce sont des enfants très stressés, hyperémotifs, qui manquent de confiance, la vie ne doit pas être simple pour eux et en tant que parent, il faut toujours prendre leur caractère en compte, et parfois expliquer certaines choses à un entourage qui ne le comprend pas forcément et on nous targue souvent de trop protéger ou de laisser passer trop de choses...pas facile à gérer et on se pose beaucoup de questions, on passe également quelques nuits blanches...


Quelques remarques dans ce forum m'ont interpellées :
au travers des différents séminaires et conférences auxquelles j'ai pu assister, il me semble que le résultat au WISC est important, que le nombre final n'est pas le plus important mais que ce sont les interprétations des résultats aux différents ITEMs qui comptent; car si l'on en reste simplement au résultat final, mon fils n'est pas précoce puisqu'il n'obtient que 113 en QIT avec un IVC 138 et IVT 69 le diagnostique est donc remis en cause par la psy scolaire qui lui a fait passer le test mais il est confirmé par sa psy, et par le centre des troubles de l'apprentissage ( Y aurait-il d'autres personnes dans le même cas.) d'où des doutes par moments, souvent vite balayés par la personnalité même de mon fils. Il me semble que l'individualisation du diagnostique est très important et qu'il faut arrêter de toujours vouloir tout faire rentrer dans des cases.
Un EIP se met lui même la pression, il a peur de l'échec, ce ne sont pas les parents qui lui mettent cette pression, on les sent déjà tellement en souffrance...je parle au niveau du scolaire quand il y a des difficultés

Si des parents qui ont un enfant avec sensiblement le même profil que le mien ont trouvé de bons aménagement à l'école, je suis preneuse car nous devons avec la maîtresse construire un PPRE. merci


Message édité par Ihope le 03-11-2012 à 08:52:20
n°2296
Profil sup​primé
Posté le 02-11-2012 à 10:24:29  
 

bonjour :) ,

il n'y a pas UN profil d'enfant précoce, mais chaque enfant a sa particularité.
et un WISC. passé tout seul, cela ne veut strictement rien dire.
Généralement, le psychologue doit aussi aussi faire passer des tests de personnalité, et aoir un entretien avec les parents, pou bien connaitre le contexte environnemental.

il y a aussi des enfants dits "précoces " qui se révèlent être en fait des enfants autistes de haut Niveau/ et d'autres pour qui on s'apercevra plus tard, à l'adolescence qu'il y a des troubles de la personnalité ...c'est juste pour te dire la diversité des profils.

Mais c'est clair que ce n'est pas facile d'être parent d'un enfant qui a des difficultés, que ce soit pour certains apprentissages, ou pour l'intégration sociale;

c'est bien si tu as rencontré des professionnels en qui tu as confiance, et qui vont pouvoir aider ton enfant.
 jap:{}


Message édité par Profil supprimé le 02-11-2012 à 10:26:28
n°2301
lasoaz
laughing cleans the teeth
Posté le 09-11-2012 à 20:56:44  profil
 

Ihope, je me permets, est ce que du coup si les troubles praxiques ont été évacués tu as pu savoir exactement ce qu'il en est des difficultés en terme de lecture? n'y aurait il pas quelque chose à aller explorer du côté appréhension visuelle ou autre, je ne sais pas; a t il eu des bilans auprès d'un ergothérapeute, d'un psychomot' ou d'un orthophoniste. est ce qu'on vous a proposé une prise en charge quelque part?

Message cité 1 fois
Message édité par lasoaz le 09-11-2012 à 20:57:44
n°2317
Ihope
Posté le 14-11-2012 à 12:25:34  profil
 

un bilan psychomotricien a été fait, j'en refait un au centre des troubles des apprentissages dans 2 jours et je vais voir pour un bilan orthophonique; il a déjà fait de la rééducation orthoptique.je n'ai pas encore fait de bilan orthophonique parce que les maitresses ne pensent pas qu'il soit dyslexique mais comme j'ai de gros doutes, je vais le faire quand même.

lasoaz a écrit :


Ihope, je me permets, est ce que du coup si les troubles praxiques ont été évacués tu as pu savoir exactement ce qu'il en est des difficultés en terme de lecture? n'y aurait il pas quelque chose à aller explorer du côté appréhension visuelle ou autre, je ne sais pas; a t il eu des bilans auprès d'un ergothérapeute, d'un psychomot' ou d'un orthophoniste. est ce qu'on vous a proposé une prise en charge quelque part?

n°2490
hope13
Posté le 02-03-2013 à 22:08:01  profil
 

malibu844 a écrit :


Bonjour à toutes.
Mon enfant de 16 ans a toujours été spécial. Il a fait les tests de qi cet été et il s'est révélé qu'il faisait bien partie des enfants "dits" précoces. Sauf qu'il y a aussi en plus l'adolescence : il n'a jamais aimé aller à l'école (petit il était mal vu car savait tout...) l'année dernière s'est fini en catastrophe j'ai du supplier le conseil pour qu'il passe en 1er L selon son choix et après les tests.
Il n'est toujours pas allé à l'école depuis le 4/09 !
La conseillère d'orientation le reçoit en urgence (c'est elle qui lui a fait passer les tests)
Il veut faire sa scolarité avec le CNED à la maison !
Je suis complètement démunie ! Non seulement il ne va pas travailler mais en plus il va se renfermer sur lui-meme ! Et la conseillère lui donne raison !
Avez-vous des enfants qui ont fait leur scolarité avec le CNED ?
Je suis en train de baisser les bras et je ne le soutien plus.
Je n'ai pas trouvé d'association dans ma région (84) pour en parler
Merci de votre aide



Bonjour
Je viens juste de parcourir le site pour voir un peu comment les autres parents s'en sortent.Au sujet du CNED cela fait 7 ans que mon enfant y fait sa scolarite,il a un très haut QI, il est en terminale cette année,il a 14 ans.Aucun problème de "renfermement" car il fait beaucoup d'autres choses.Si vous voulez des avis et notre expérience prob nous pouvons échanger nos mails.Nous avons nous aussi galéré et c'est pas si facile de n'avoir jamais aucun conseil,si on peut vous aider et aider votre enfant c'est volontiers,nous sommes dans le (13).

n°2491
Profil sup​primé
Posté le 03-03-2013 à 08:56:36  
 

bonjour Hope13,

pourquoi le CNED ?
 :)
cela ferait donc 7 ans que ton enfant est déscolarisé. C'est lié à une conviction éducative particulière ?


Message édité par Profil supprimé le 03-03-2013 à 08:57:38
n°2492
hope13
Posté le 03-03-2013 à 10:37:27  profil
 

Bonjour cereales

D'abord mon enfant n'est pas déscolarisé puisqu'il est scolarisé au CNED qui est un établissement public.Il est élève en non présenciel mais il est scolarisé au même titre que les étudiants qui suivent leur scolarité dans une université en non présenciel ou au CNED qui regroupe des milliers d'élèves scolarisés en classe complète et règlementée.Cela est assez fatiguant d'entendre sempiternellement cette remarque. Il ne faut pas confondre scolarisation et sociabilisation ce qui parait être le cas à chaque fois que le terme" déscolarisé"est utilisé.
Le choix a été fait au primaire par une inspectrice de l'éducation qui a jugé que l'enfant avait besoin d'avancer à son rythme après 2 sauts de classes consécutifs.Il a donc été scolarisé au CNED sur les conseils de l'inspectrice et par l'inspectrice.Aucun problème de sociabilisation ni avant,ni après.Il fait de la musique depuis l'âge de 5 ans au conservatoire, il fait partie d'un orchestre etc,il fait du sport.Adore sortir au concert ou au spectacle.La seule chose c'est qu'il faut être très disponible pour suivre son rythme.

n°2493
Profil sup​primé
Posté le 03-03-2013 à 17:33:14  
 

ok
c'est un parcours atypique.
 jap:{}


L'essentiel pour notre enfant, quel qu'il soit (précoce ou non précoce, lent, rapide, rêveur ou pas travailleur, perfectionniste, anxieux, ou indiscipliné, etc...), c'est qu'il se sente heureux.

Personnellement c'est ma priorité dans la vie (et à mon homme aussi) : que nos enfants se sentent heureux de vivre, épanouis, ayant une vie sociale, des copains, des centre d'intêret, et qu'ils ne se mettent pas trop la pression
(source d'anxiété).
Et c'est vrai aussi que chaque enfant a sa particularité.


Message édité par Profil supprimé le 03-03-2013 à 17:33:41
n°2498
virgi1528
Posté le 08-03-2013 à 12:58:09  profil
 

Bonjour
Effectivement mon objectif ultime est que mon petit garçon de tout juste 4 ans soit heureux!!! c'est justement parce que je le sentais en souffrance ( anxiété, agressivité avec les autres enfants, hypersensibilité, frustration) que j'ai été amenée à consulter un psy sur les conseils de sa maitresse puisque les problèmes se sont accentués depuis son entrée à l'école. Je ne m'y attendais pas et je vous assure que je n'ai jamais stimulé mon petit garçon mais il a passé un test de Qi qui révèle une dysharmonie dans son développement fort QI verbal : 147 et QI performance 113. Le qi total je m'en fiche, ce que je vois c'est que cet écart serait à l'origine de son mal être... Mais voilà mis à part faire un bilan orthophonique, on ne m'a rien conseillé de plus. Que faire? Avez-vous déjà vu ce types de résultats? Comment aider un enfant "dysharmonique"?? Merci je suis preneuse de tous vos conseil pour aider mon petit garçon à être bien dans ses baskets !!

n°2499
Profil sup​primé
Posté le 08-03-2013 à 17:58:42  
 

ben ... ton enfant n'est pas si dyshsarmonique !

Il le serait s'il avait par exemple 147 à l'un et 80 ou 90 à l'autre.
Mais là, ces deux scores sont au-dessus de la moyenne, où est le souci ?

la majorité des gens ont des QI (V et P) un peu différents, rien de bizarre.

Laisse ton enfant se développer, 4 ans c'est tout petit.
incite-le à s'integrer au groupe, à jouer, avoir des copains, se défouler ... et ça devrait bien se passer.

 Page :   1  2  3  4  5  6
Page Précédente

Aller à :
   FORUM Les Maternelles » Développement » Enfants précoces »

Enfant précoce et difficultés scolaires