france5.fr
   FORUM Les Maternelles » Psychologie et comportement » Enfants turbulents »

opposition trouble du comportement

 

Côté mère : freyja1287 La rubrique d'Elsa : erulelya et 66 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

opposition trouble du comportement

n°73
maman Anne
Posté le 12-10-2005 à 15:42:02  profil
 

notre fils de bientôt 6 ans est incapable de se discipliner et d'accepter l'autorité autre que violente qui peut partager avec moi sur ce sujet ? il a été presque renvoyé de l'école en petite section,aujourd'hui de son cours de danse ! seules deux maîtresses extraordinaires ont pu le rescolatiser à temps presque plein ; il est suivi en HP. que va-t-il devenir en CP ? d'autant qu'il n'est pas hyperactif... j'attends vos petits mots  

n°81
astro52
Invité
Posté le 12-10-2005 à 23:10:53  
 

Si il n'est pas en état de suivre une scolarité normale il y a l'IR mais en général on y envoie très difficilement les enfants. Le plus souvent les élèves qui ont de graves problèmes de comportement restent dans le système normal, même quand il n'y ont plus leur place.

n°82
mamanlucas
Posté le 13-10-2005 à 12:49:06  profil
 

Bonjour,
je suis la maman de lucas qui a 5 ans
il est en dernière année de section de maternelle et sur le point d'étre accepté a l'école qu'a temps partiel.La commission plenière a lieu le 21 octobre et j'aprehende la désision.
Je comprend le ral le bol  de l'ecole mais le descolariser ne va pas l'aider et puis nous travaillons toutes la journée...
Lucas est violent depuis la 1ere année de maternelle avec ses camarades et les adultes a l'ecole et à la cantine.
avec nous il est  dure mais il obeit

il a vu un psy pendant un an sans resultat.
PSY et pediatre sont d'accord qu'il a des troubles du comportement mais pas assez grave pour une prise charge mais trop grave pour l'école...que faire !!

n°83
maman Anne
Posté le 13-10-2005 à 16:48:41  profil
 

bonjour à Jojo et maman Lucas !
Jojo, qu'est-ce que l'IR ?
maman Lucas, je comprends ton désarroi : une seule réponse : inciste !! tu as sûrement un CMP ( centre médico psychologique) près de chez toi ; appelle; rappelle; demande de l'aide !les psy de ville n'ont pas les moyens,notamment les ateliers thérapeutiques, d'un hôpital. as-tu aussi songé à le changer d'école ?
courage ppour le 21 : nous aussi avons une réunion avec tous lespartenaires : ce n'est plus un couperet mais une grnde aide. on pensera à vous.
JB va mieux et nous espérons qu'il ira encore mieux. pour autant, nous ne le voyons pas faire une scolarité ordinaire.
a plus

n°84
astro52
Invité
Posté le 13-10-2005 à 17:29:33  
 

L'IR c'est l'institut de rééducation comportemental, c'est pour les enfants qui ont des problèmes de comportement trop grave pour rester dans leur école. En général il finissent par retourner dans le système normal une fois le problème traité.

n°85
maman Anne
Posté le 14-10-2005 à 09:28:17  profil
 

merci astro pour ta réponse et désolée d'avoir écorché ton pseudo
un IR est-ce pris en charge par la Sécu ?

n°88
astro52
Invité
Posté le 14-10-2005 à 22:32:20  
 

Oui c'est pris en charge par l'éducation nationale, c'est une école spécialisée

n°90
maman Anne
Posté le 15-10-2005 à 14:26:32  profil
 

astro tu sembles bien t'y connaitre : peux-tu m'en dire plus sur le sujet ?
merci

n°92
astro52
Invité
Posté le 15-10-2005 à 17:12:41  
 

Bien m'y connaitre c'est beaucoup dire; je suis enseignant dans le spécialisé mais je n'ai jamais vu d'IR. Ma mère m'a dit qu'elle avait vu une émission de télé sur un IR une fois mais on en parler rarement.
Je vais essayer de chercher sur internet si il y a des infos là dessus.

n°93
astro52
Invité
Posté le 15-10-2005 à 17:27:43  
 

Il n'y a pas grand chose sur internet. Par contre tu peux en discuter avec des gens qui enseignent en IR. Est-ce que tu veux que j'essaie de te mettre en contact avec des enseignants qui connaissent ces établissements ?
Si oui, donne ton adresse mail ou si tu as peur des spams, envoies la moi à olivier@astro52.com

n°95
maman Anne
Posté le 16-10-2005 à 13:57:36  profil
 

merci Astro
p.martinbrunet@la poste.net

n°114
Profil sup​primé
Posté le 05-11-2005 à 12:49:31  
 

bonjour à tous. Je suis une grd-maman inquiete.mon petit-fils de 6 ans, au demeurant tres tendre, gentil et protecteur avec son frere (2 ans ) et sa soeur (4 ans ), ne supporte aucune contrainte, si elle n'est pas imposée par ses parents !pas moyen de le faire passer à table, s'il joue, de le faire prendre son bain etc..;il se m'est ds des états de violence inouie,donne coups de pieds, frappe, hurle,son petit visage se déforme et je me rends bien compte qu'il ne se controle plus !!!depuis peu, je m'impose de ne pas hausser le ton, ne pas m'énerver , je lui dit fermement que ce n'est pas bien, mais je le laisse se calmer seul, tout en surveillant discrétement, car il est capable de grde viloence envers les autres ds ces moments là !a^res, j'essaie de parler ave"c lui, d'analyser ce qui vient de se passer, de lui expliquer, que, qd il "sent" que celà arrive, puisqu'il se croit grand, il doit essayer de se retenir.il était tout fier la semaine dernier, parcequ'il y est arrivé une fois !avant celà ,je me fachais parfois, et ns entrions alors ds un conflit qui ns faisait mal à tous ! j'adore ce petit garçon .Ses parents travaillent énormement .Il a une nourrice qui, bien sur, ne l'aime pas beaucoup !(ce n'est pas facile !)Qui a connu ce probleme, et pourrait m'en parler ? ai-je pris la bonne attitude ?Merci à vous de me répondre.fleurs

n°121
bidoute
Invité
Posté le 18-11-2005 à 10:06:59  
 

astro52 a écrit :

Si il n'est pas en état de suivre une scolarité normale il y a l'IR mais en général on y envoie très difficilement les enfants. Le plus souvent les élèves qui ont de graves problèmes de comportement restent dans le système normal, même quand il n'y ont plus leur place.




qu'est-ce que I R?

n°275
pimousse5
Posté le 02-02-2006 à 09:29:40  profil
 

bonjour tout le monde
je suis une jeune maman de 24 ans qui vit avec mon ptit bonhomme de 5 ans.
je suis en garde alternée une semaine sur deux avec son père depuis maintenant 2 ans.
jérémy a toujours etait un peu dur mais rien d'extraordinaire...
la séparation lui a fait beaucoup de bien malheureusement son comportement se dechaine a l'ecole, son travail scolaire ne s'en ressent pas encore mais j'ai peur pour la suite...
il est calme qu'a partir du moment où on lui donne pas mal de travail le reste du temps il repond, refuse de se mettre en rang, les activités avec les autres à partir du moment où il l'a decidé...je ne pense pas qu'il ai un probleme de sociabilité vu qu'il joue sans probleme avec ses copains.
j'aimerais reçevoir des conseils de la part de parents ayant vécu ou vivant la meme chose..je ne sais plus comment réagir...la colère, l'ecoute, la discussion..rien ne marche avec lui..
merci beaucoup pour vos reponses

n°307
tatine-au-​miel
Invité
Posté le 15-02-2006 à 08:29:51  
 


Tu as l'air d'être un amour de grand-maman :) Quand je te lis,je me dis qu'il doit manquer énormèment de ses parents puisque tu dis qu'il obéit seulement à eux et qu'ils travaillent beaucoup.J'ai un petit garcon de presque 8 ans qui n'est pas toujours facile...et je suis souvent plongée dans un grand désarroi face a son comportement.Je sens qu'il est en colère à l'intérieur...une colère violente qui s'empare de lui et qu'il contrôle très difficilement.La seule "solution" que j'ai trouvé c'est des calins,parfois quand il est en pleine colère qu'il se comporte mal,je le prends dans mes bras...ca peut désamorcée.Tu fais très bien je trouve de rester patiente et de l'aimer comme tu le fais.Je pense qu'il sait très bien que c'est pas bien ce qu'il fait et qu'il ne doit pas s'aimer beaucoup lorsqu'il est en prise à ses colères...donc peut-être qu'il n'est même pas la peine de lui rappeler que ce qu'il fait n'est pas bien , pour éviter de l'enfoncer un peu plus,et puis l'entourer de tendresse et d'amour autant que possible(et avec nos limites).Peut-être du temps privilégié, seul avec un ou deux de ses parents? ou avec toi? un temps que pour lui ou il n'est plus un grand frère mais lui?

n°328
Kity
Invité
Posté le 17-02-2006 à 17:24:42  
 

hello:{} Bonjour, je voudrais m'adrésser à Maman Anne ainsi qu'aux parents d'enfants présentant des troubles du comportement . Je suis éducatrice en I.R., nouvellement renommé I.T.E.P. (Institut Thérapeupetique Educatif et Pédagogique). Je suis trés surprise que l'école ait renvoyé votre enfant sans, tout au moins, avoir tenté de transférer ses compétences en signalant, avec vous, les difficultés de votre petit à la C.D.E.S. (Commission Départemental de l'Education Spécialisé). Cette commission  a pour fonction de mettre en place les moyens nécessaire afin d'éffectuer une évaluation des difficultés du jeune ainsi que son accompagnement médico-socio-éducatif. Si vous rencontrez de telles difficulté je pense qu'il faut en premier lieu solliciter le directeur de l'école afin de vous entretenir avec lui de la situation. Vous pouvez aussi prendre rendez vous avec un pédopsychiatre et contacter le C.M.P. le plus proche de chez vous (renseignez vous à la mairie). Quoi qu'il en soit je pense aussi que la réaction de Fleur 2 est saine car souvent je pense que si l'enfant monte dans la colère il faut savoir sans céder garder son calme sinon on fait "monter la sauce". Soyez forts et ne vous découragez pas. A bientot . bounce:{}

n°1155
Kali11
Posté le 26-09-2006 à 17:06:56  profil
 

Bonjour,

Je suis maman d un petit garçon de bientot 7 ans scolarisé en classe de CE1. Mon fils adopte depuis  le début de sa scolarisation des troubles du comportement, il embête tous ces camarades pendant les cours, refuse de travail quand son institutrice le lui demande, il chante pendant les cours même quand il est puni et donc isolé des autres il en fait une véritable salle de récréation, nous avons consulter plusieurs pédo psychiatre psychologue scolaire et privée. mais rien n y fais ils nous disent qu il n a pas de problème. Et pourtant ces deux dernières années les deux maitresses sont à bout de force. elle ne sait pas quoi faire . Cette été aprés consultation d une psychiatre et sous son conseil, nous avons étés mon mari et moi beaucoup plus ferme, ce que nous appliquons encore a ce jour. Nous le punissons , lui mettons la fessé, mais rien à faire il continu d aller à l école pour faire son cirque et refuse de faire son travail. Ce n est pas un enfant méchant bien au contraire il est très affectueux et câlin. Mais dés qu il est en groupe on dirait qu il part en vrille il veut toujours se faire remarquer et obtenir un contact exclusif que se soit avec sa maitresse ou moi même. Son papa et moi avons beaucoup parler et repetons sans cesse les mêmes choses " l école c'est pour apprendre et non pour faire le cirque" il nous dis " oui je sais tous ça je te promets que...." mais chaque soir à la sortie de l école c'est la même histoire, ca journée n aura pas été concluante. Nous en sommes arrivé au point de le punir tous les jours pas de télé, pas jeux, rien quoi . Je suis si triste et boulversé j ai l impression que j ai eu un enfant que pour le punir nous n arrivons même plus à faire des projets de sortie puisque a chaque fois c est la même chose il faut le punir. En contre partie il assimile quand même toutes ses leçons" on se demande bien comment puisqu il n 'écoute aucun de ses cours et ne travail absolument pas", et avec nous il adopte un comprtement correcte et agréable. aujoourd hui je me tourne vers vous sur ce forum en espérant que quelqu un pourra m apporter son aide, car je n en peut plus de devoir le punir, crier sur lui et tous cela sans résultat.Tous cela me rends aujourd hui bien triste, je pense à mon fils à ce qu il peut ressentir, que se passe t il dans sa petite tête pourquoi tous cela?
D avance je remercie tous ceux qui pourrons nous aider. pt1cable:{}  cry:{}

n°1194
makaman
Posté le 04-10-2006 à 23:03:18  profil
 

Bonjour,
Un message pour Kali11: et si ton enfant s'embêtait à l'école, si pour lui ce qu'on lui proposait était trop facile? les professionnels (psy ect...) ont pu tester le quotient intellectuel de ton enfant?

n°1292
sylvie380
Posté le 13-11-2006 à 17:44:26  profil
 

Bonour à tous et à toutes,

Je suis la maman d'un enfant de 6 ans qui a depuis  son plus jeune âge, eu des troubles de comportement. Les années de maternelles n'ont pas été trés roses, autant pour lui que pour moi. Mon fils jérôme a toujours eu du mal à se séparer de moi, du fait d'une séparation douloureuse. Depuis que j'ai refait ma vie, il a du mal a êtreloin de moi et de son beau papa.
Pour en revenir à la maternelle : Je suis souvent rentrée en pleurs, du fait des remarques des maîtresses de mon fils, elles me disaient régulièrement qu'il ne s'intégrer pas à la classe, que sa place n'était pas dans une classe normale.Il ne suppportait aucune autorité autre que la notre, ce qui en général faisait dégénérer les choses par des excés de violence de la part de mon fils.
La dernière année de maternelle, m'a marqué d'autant plus : mon fils n'a pu être accepter à l'école qu'avec une ASEH, mais son intégration se faisait de la façon, pour que ses maîtresses soit tranquilles mon fils passait plus de temps à l'exterieur de la classe.
Le jour de son anniversaire, pour le punir de ses bêtises, une de ses maîtresses n'a trouvé rien d'autres que de le priver de souffler ses bougies, de manger son gâteau, mais le pire ne lui a laisser que le plat avec le reste des mièttes en guise de goûter.Pour m'être emporter, après avoir l' appris, mon enfant a été expulsesr de l'école pendant 1 Semaine.
A côté de ceci, j'ai fait suivre mon enfant par le CMP, et pendant les grandes vacances, je l'ai fait manipulé par un kinésiologue à plusieurs reprises . A la maison, on a ressenti du changement, on pouvait le laisser à ma mère, on le trouver plus serain ; j'avais donc bon espoir pour son entrer au CP.
Mais je me suis vite éffronder en voyant que son comportement à l'école n'évoluait pas, même avec son ASEH. Il se lève de sa place, répond à sa maîtresse, refuse de travailler.
Et pourtant, son niveau scolaire est satisfaisant, à la maison il nous surprend même, ses camarades de sa classe en sont au addition, et mon fils en ai au soustraction. Il ne vas à l'école que 2 jours 1/2 par semaine.Mais depuis la semaine dernière, même avec l'ASEH on me téléphone au bout de 15 min à 1/2 heure pour que j'aille le récupérer. En sachant que j'ai du arrêtrer mon activité professionnelle à cause de cette situation.
Et vendredi, j'ai décider de ne pas le remettre à l'école, son pédo-psychiatre ne me propose que l'hopital de jour.
Je me sens démunie devant l'éducation national.
Je suis démoraliser.
A très bientôt

n°1295
Profil sup​primé
Posté le 14-11-2006 à 08:26:32  
 

réponse pour kali11 .
Je vis la même chose que toi sauf que mon fils a 9 ans. Il a excatement le même comportement que ton enfant et j'ai moi aussi l'impression de passer mon temps à le punir et ça me rend trés malheureuse. Je l'emmène ce soir chez son médecin pour en discuter avec lui et je crois que je vais l'emmener voir un psychologue. J'ai pensé aussi à lui faire calculer son QI sans grande conviction car on a du mal à penser à un enfant surdoué tellement il est insupportable.

n°1350
megghurvan
Posté le 25-11-2006 à 18:42:17  profil
 

Bonsoir à tous !
Je suis la mère d'un enfant de 10 ans passés qui a des troubles du comportement depuis qu'il est tout petit. Déjà à la crèche, ce n'était pas facile. Arrive la maternelle, ce fut difficile donc mon enfant a été pris en charge par un éducateur du Réseau d'Aide et de Soutien aux Enfants en Difficultés (RASED). Ensuite l'élémentaire, le CP qui se déroule très mal, le CE1 et le CE2 qui passent avec nombre de problèmes mais avec une maîtresse sensationnelle si ce n'est qu'elle n'aura fait que ce qu'elle pouvait faire. Toutefois, si tout ce petit monde de l'Education Nationale avait pris ses responsabilités en temps voulu, c'est-à-dire dès les 4 ans de mon enfant peut-être qu'à ce jour, nous ne serions pas où nous en sommes !!!
En Mars 2005, cette merveilleuse institutrice ne peut plus le gérer aussi l'école saisit-elle la CCPE (Commission de la Circonscription Pré Elémentaire).
Nous sommes convoqués à un entretien qui relevait plus d'un tribunal que d'un véritable échange. Bref, ensuite la CCPE décide que cet enfant qui est le nôtre doit relever de la CDES (Commission Départementale de l'Education Spéciale). Nous sommes tout-à-fait en accord avec cette décision. La CDES nous notifie tout cela début juillet 2005. Fin septembre de cette même année, notre enfant entre dans un ITEP (Intitut Thérapeutique Educatif et Pédagogique), qui était aussi un internat, où tout se déroule de façon correcte jusque début mars 2006.
Je vois le regard de cet enfant que je chéris malgré et contre tout, devenir triste lorsque je l'emmène à l'internat. Je vois ces mêmes yeux emplis de joie lorsque je viens le chercher. Nous tentons vainement de discuter avec lui de ce qu'il se passe. Silence. Petit il se mettait en danger, un peu plus grand, il s'en prenait aux autres et là, il subissait des violences physiques et psychologiques des autres enfants de sa chambre. Nous l'avons su le 19 juin 2006, date à laquelle nous avons été le chercher.
Pendant toutes ces années, il avait fugué, racquetté, insulté, menacé, tenté d'étrangler les autres mais lui-même s'était étranglé aussi.
Notre enfant est suivi depuis qu'il a 20 mois, dans un premier temps par un CMP spécialisé chez les 0/3 ans, ensuite au CMP de notre commune et depuis par un thérapeute.
L'internat n'aura pas eu l'effet escompté bien au contraire mais il a tout de même appris quelques toutes petites choses de la vie quotidienne.
Cet enfant que nous aimons tant est plus intelligent que la moyenne des enfants de son âge mais il a des troubles importants du comportement.
Depuis fin juin, nous avons saisi la CDES qui nous a une nouvelle fois notifié un autre Institut de Rééducation, cette fois-ci à 3 km de chez nous. Il a fait ses 3 jours d'observation et nous avons su jeudi soir qu'il n'était pas pris dans cet IR.
Depuis le 19 juin, notre enfant est à la maison et aujourd'hui, nous ne savons plus vers qui nous tourner, nous devons recontacter la CDES, le service social, une association de parents d'élèves, l'inspection académique, le CMP dès ce lundi car vendredi, personne n'était présent ! Nous pensons aussi interpeller les politiques !
Si vous avez des propositions d'action, nous les lirons avec attention. Merci de vos réponses et/ou encouragements.
Marie Tanguy

n°3070
cleo830
Posté le 19-04-2007 à 23:40:55  profil
 

lorsqu'un enfant souffre d un trouble du comportement mais semble tout de même en aprentissage , n'oubliez pas de consulter un neuro pédiatre afin de voir si il n'est pas soit tdah , TED ou syndrome d'asperger , dans tous ces cas l'enfant n'est pas responsable de ses troubles c'est un problème neurologique .
l'éducation nationnale veut que les enfants entre dans un moule mais ne propose aucune solution lorsqu'il y  un problème .
La scolarisation a domicile peut etre aussi une solution pour éviter dse structures comme les ITEP ou les hoiptaux de jours qui regroupent souvent pleins de pathologies différentes et accentuent les problèmes des enfants .

n°3176
0laurence1​23
Posté le 07-05-2007 à 22:39:44  profil
 

cleo830 a écrit :

lorsqu'un enfant souffre d un trouble du comportement mais semble tout de même en aprentissage , n'oubliez pas de consulter un neuro pédiatre afin de voir si il n'est pas soit tdah , TED ou syndrome d'asperger , dans tous ces cas l'enfant n'est pas responsable de ses troubles c'est un problème neurologique .
l'éducation nationnale veut que les enfants entre dans un moule mais ne propose aucune solution lorsqu'il y  un problème .
La scolarisation a domicile peut etre aussi une solution pour éviter dse structures comme les ITEP ou les hoiptaux de jours qui regroupent souvent pleins de pathologies différentes et accentuent les problèmes des enfants .


bonsoir,

je suis la maman d'un petit garçon qui va sur ses 4 ans et qui presente des troubles du comportement ( agitation et agressivité+++). son agressivité constante envers les autres enfants le rend "insociable" selon l'ecole. il me le prenne qu'1/2 journée par semaine!alors qu'il a des capacités d'apprentissage tout a fait normales!aujourd'hui on nous dit de le mettre dans le specialisé (ITEP)car il beneficiera d'un plateau therapeutique complet et pourra acceder aux apprentissages tous les jours!je serais d'accord si je pouvais me dire que si dans 1 an ou 2 ou voir quelques années je pourrais prendre la decision de le retirer du milieu specialisé mais ce n'est pas le cas car cela ne dependra plus de nous (ses parents), c'est une commission qui gerera l'avenir de notre fils!!!!en sachant qu'actuellement il est suivi par un CAMPS, je ne sais pas quelle decision prendre!!!!existe il une association qui permet a un enfant de maternelle de suivre quelques lecons a la maison (instit qui viendrait a domicile quelques heures par semaine)?actuellement il va avoir 4 ans mais dans un an il va commencer à apprendre (preapprentissage) à lire et a ecrire et ce n'est pas possible en allant a l'ecole 1/2 journée par semaine!!tous les conseils seront les bienvenus :integration ou specialisé?, instit a domicile en maternelle?temoignage de parents dans la meme situation....
merci


Message édité par 0laurence123 le 08-05-2007 à 11:48:27
n°3182
sylvie380
Posté le 08-05-2007 à 17:12:01  profil
 

Bonjour,
Je reviens vers vous pour répondre aux questions d' 0laurence123.
Comme je l'expliquai dans un message précédent mon fils a eu de grosses difficultés. Je vous renvoie dans ce message précédent pour en savoir plus.En effet j'ai enlevé mon fils de jour au lendemain de l'école sans savoir ce que j'allais bien pouvoir faire.
Il était suivi en parrallèle au CMP, et le pédo-psychiatre de mon fils m'avait conseillé dés la rentrée du cp de le mettre en hopital de jour ce que j'avais catégoriquement refusé.
Puis après avoir enlevé mon fils de l'école, je suis retourné voir le pédo - psychiatre de mon fils, il m'a expliqué que pour aider mon fils il fallait que je le laisse le prendre en charge en hopital de jour que l'on appelle aussi Centre de jour, nom que j'apprécie plus. L'assistance social du CMP m'a accompagné pour visité ce centre de jour, et je me suis alors rendu compte que ce n'était pas comme je l'avais imaginé.
J'ai alors fait prendre en charge Jérôme au centre de jour à partir de fin décembre. Un taxi vient le chercher et le ramène.
Jérôme a alors été au centre et dans une école interne au centre pour commencer.
Puis au mois de janvier, il a intégrer une classe externe, dans une école tout à fait normale où il y a une classe avec 2 maîtresses pour 7 enfants ; et continu à aller au centre de jour. Jérôme va à l'école le lundi matin, le jeudi matin et le vendredi matin. Il apprend les choses, commence à lire.
Son comportement a littérallement changé, je suis heureuse pour mon fils, il arrive à rester assis en classe ; il s'est beaucoup calmé.
Il y a souvent des décisions difficiles à prendre pour des parents, mais je suis très contente de l'avoir fait car mon fils se s'en mieux, il est même parti 1 semaine dans une ferme pendant les dernières vacances où tout c'est super bien passé.
Je me faisais beaucoup de soucis pour mon fils, et maintenant je pense à l'avenir serainement.
Mais je suis toujours en colère contre l'éducation national qui ne fait rien, qui préfère mettre des enfants dehors au lieu de les intégrer.
En tout cas ne perdez pas espoir...
A Bientôt.

n°3183
0laurence1​23
Posté le 08-05-2007 à 18:26:30  profil
 

merci beaucoup pour votre reponse. cela nous rassure d'avoir des echos positifs de structures specialisés, car en effet ce n'est pas une decision facile a prendre en temps que parent. j'ai vraiment cette impression d'abandonner mon fils en le mettant dans le specialisé!savez vous si l'hopital de jour dont vous parlez correspond a un I.R ou encore un itep?et sinon le centre de jour depend de quelle institution?
merci encore et a bientot

sylvie380 a écrit :

Bonjour,
Je reviens vers vous pour répondre aux questions d' 0laurence123.
Comme je l'expliquai dans un message précédent mon fils a eu de grosses difficultés. Je vous renvoie dans ce message précédent pour en savoir plus.En effet j'ai enlevé mon fils de jour au lendemain de l'école sans savoir ce que j'allais bien pouvoir faire.
Il était suivi en parrallèle au CMP, et le pédo-psychiatre de mon fils m'avait conseillé dés la rentrée du cp de le mettre en hopital de jour ce que j'avais catégoriquement refusé.
Puis après avoir enlevé mon fils de l'école, je suis retourné voir le pédo - psychiatre de mon fils, il m'a expliqué que pour aider mon fils il fallait que je le laisse le prendre en charge en hopital de jour que l'on appelle aussi Centre de jour, nom que j'apprécie plus. L'assistance social du CMP m'a accompagné pour visité ce centre de jour, et je me suis alors rendu compte que ce n'était pas comme je l'avais imaginé.
J'ai alors fait prendre en charge Jérôme au centre de jour à partir de fin décembre. Un taxi vient le chercher et le ramène.
Jérôme a alors été au centre et dans une école interne au centre pour commencer.
Puis au mois de janvier, il a intégrer une classe externe, dans une école tout à fait normale où il y a une classe avec 2 maîtresses pour 7 enfants ; et continu à aller au centre de jour. Jérôme va à l'école le lundi matin, le jeudi matin et le vendredi matin. Il apprend les choses, commence à lire.
Son comportement a littérallement changé, je suis heureuse pour mon fils, il arrive à rester assis en classe ; il s'est beaucoup calmé.
Il y a souvent des décisions difficiles à prendre pour des parents, mais je suis très contente de l'avoir fait car mon fils se s'en mieux, il est même parti 1 semaine dans une ferme pendant les dernières vacances où tout c'est super bien passé.
Je me faisais beaucoup de soucis pour mon fils, et maintenant je pense à l'avenir serainement.
Mais je suis toujours en colère contre l'éducation national qui ne fait rien, qui préfère mettre des enfants dehors au lieu de les intégrer.
En tout cas ne perdez pas espoir...
A Bientôt.


n°3184
yavehuelti
Posté le 08-05-2007 à 18:35:41  profil
 

Bonjour,
Je suis enseignante ,directrice et mère de 3 enfants. Je me permets de participer à ce forum en tant que collégue afin de chercher des pistes pour aider une collègue et un enfant.
A l'école nous avons un problème avec un enfant qui présente un comportement d'opposition ++.Il est en cp, a changé d'école l'année derniére,et présente depuis septembre un comportement difficile voir très difficile.
En echec scolaire.Laissé en marge dans son ancienne école  (dixit la maman)
depuis la rentrée de septembre, un suivi avec la famille a été mis en place (bonne adéhsion de cette dernière), divers bilans ont été faits (orthophoniste, psychologue scolaire),et le travail de cet enfant a été adapté par ma collègue.
Cet enfant présente depuis le début un comportement d'opposition,qui malgré le travail de son instite devient de moins en moins gérable.
Voilà qu'il l'insulte très grossièrement, qu'il falsifie les mots destinés à ses parents, qu'il devient violent avec les autres enfants,et qu'il perturbe sa classe par des bruitages et autres actions intempestives.
Depuis un mois cet enfant est suivi par un psy privé avec lequel l'école est en contact.Selon lui la seule alternative à ce comportement est l'isolement.(En prenant le symbole de la porte de la classe qu'on ne passe pas si l'on n'accepte pas les limites et les contraintes que cette pièce représente).
En tant qu'enseignante, cela pose un réel problème que de mettre un enfant en marge.Cependant, les limites de non respect qu'il a franchit ne sont pas acceptables.La famille est en accord avec la décision de l'équipe.
Dans le doute et a la recherche d'explications je cherche des pistes qui permettraient d'envisager une gestion du problème plus confortable pour tout le monde et surtout pour cet enfant .

n°3197
sylvie380
Posté le 09-05-2007 à 20:24:39  profil
 

0laurence123 a écrit :

merci beaucoup pour votre reponse. cela nous rassure d'avoir des echos positifs de structures specialisés, car en effet ce n'est pas une decision facile a prendre en temps que parent. j'ai vraiment cette impression d'abandonner mon fils en le mettant dans le specialisé!savez vous si l'hopital de jour dont vous parlez correspond a un I.R ou encore un itep?et sinon le centre de jour depend de quelle institution?
merci encore et a bientot




Bonsoir,

Quand je vous parle de centre de jour c'est la même chose qu'hopital de jour ; mais j'emplois centre de jour car hopital de jour , je trouve ce mot dur.
Je ne sais pas si le centre de jour correspond à un I.R ou à un ITEP.
Ce que je peux vous dire c'est que le centre de jour dépend du centre médico psychologique infanto juvénile de ma ville. Et que c'est le pédo-psychiatre de ce CMP qui m'a orienté sur le centre de jour. Renseignez vous pour savoir si dans votre ville il existe des CMP, moi je suis d'Echirolles dans l'Isère. Bon Courage et A Bientôt .

n°3198
0laurence1​23
Posté le 09-05-2007 à 20:48:18  profil
 

merci beaucoup pour ces renseignements. bonne continuation

n°3240
cleo830
Posté le 14-05-2007 à 21:44:11  profil
 

yavehuelti

essayes de visualiser les mauvais comportements sur un tableau , il est fort possible qu'en mettant l'enfant a part le comportement soit renforcé , si c'est ce que l'enfant recherche , il doit avoir des règles claires , énoncées et si il ne veut pas les entendre , visuelles , et chaque infraction à ces règles doit être suivie d'une sanction , peut être un systeme genre permis a point avec a la fin la privation d'une activitée qu'il aime beaucoup

n°3241
cleo830
Posté le 14-05-2007 à 21:52:07  profil
 

un centre de jour ou hoital de jour est un service de psychiatrie infantile, il en existe de trés bons et beaucoup moins bons , selon le problème de l'enfant cela peut être bénéfique ou catastrophique , il faut donc identifier d'abord la cause du problème , si c'est psychologique un hopital de jour est bien adapté si c'est neurologique la prise en charge sera nettement insuffisante

n°3246
0laurence1​23
Posté le 14-05-2007 à 22:36:41  profil
 

cleo830 a écrit :

un centre de jour ou hoital de jour est un service de psychiatrie infantile, il en existe de trés bons et beaucoup moins bons , selon le problème de l'enfant cela peut être bénéfique ou catastrophique , il faut donc identifier d'abord la cause du problème , si c'est psychologique un hopital de jour est bien adapté si c'est neurologique la prise en charge sera nettement insuffisante


c'est probablement neurologique chez monfils car il a ete secoué par sa nourrice a l'age de 6mois: hematomes sous duraux et hemorragies retiniennes.quel prise en charge alors pr pb neurologique?

n°3249
Mina351
Posté le 15-05-2007 à 15:16:08  profil
 

Effectivement, selon tout ses témoignages, il faut penser soit à 1 TED (trouble envahissant du développement, appellation nouvelle de l'autisme) soit 1 TDA/AH (trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité) ou 1 syndrome d'asperger ; dans tout les cas, pour aider au mieux nos enfants c d'abord de pouvoir mettre 1 nom sur ce qu'ils ont, ce dont ils souffrent, afin de les aider au mieux, il faut bien observer l'enfant, ne pas se contenter de ce qu'on vous dit à l'école, car si son comportement est diffèrent, si à la maison c 1 enfant normal, c que son problème est plus relationnel qu'autre chose, je dirai même affectif, il en ressort de ma propre expérience avec ma fille de 3 ans et 4 mois qu'il ne faut jamais se contenter d'1 seul avis, en général l'avis d'1 pédopsychiatre ou même d'1 psychologue n'est pas suffisant, il faut absolument voir 1 neuropédiatre surtout si tout a été essayé, il faut bien se renseigner avant de faire les démarches, pour savoir quoi dire, il faut y aller bien armer et informer pour que l'entretien soit le plus bénéfique possible pour votre enfant, consulter les sites, tapez sur le moteur de recherche le mot TED ou trouble envahissant du développement, il y a d'excellent forum qui pourront vous mettre sur la piste, j'ai consulté 1 neuropédiatre, pédopsychaitre, ortho ect...et le plus concluent c la psychomotricienne, je vous conseille vivement de voir 1 psychomotricienne, on se tient au courant

n°3261
cleo830
Posté le 16-05-2007 à 21:01:57  profil
 

effectivement pour un TED il faut voir une équipe sérieuse , il en existe peu en france , pour un enfant TED la meilleure prise en charge est l'intégration scolaire et les stratégies éducatives

taper stratégies educatives sur google vous aurez l'adresse d'un forum

n°3264
0laurence1​23
Posté le 16-05-2007 à 22:57:47  profil
 

merci beaucoup pour vos reponses. je vais me renseigner sur les strategies educatives.
bon courage a toutes!

n°3303
PITSNOOPY
Posté le 20-05-2007 à 08:27:13  profil
 

mrci pour vo conseil me ce dur j aime m on fils comme toute les maman me y a des jour on voudre tou laisse tombe a bientot

n°3305
0laurence1​23
Posté le 20-05-2007 à 13:41:31  profil
 

grace a vos conseils j'ai pris contact avec une association qui s'appelle "c'est mon ecole à moi aussi", association qui a l'air active dans l'aide a l'integration scolaire pour nos enfants!merci pour tous vos conseils!

n°3472
tankgirl
Posté le 19-06-2007 à 10:53:33  profil
 

bonjour a tous et toutes
je recherche des renseignements pour mon amie
Maman d'un enfant precose ayant des troubles du comportement refusant toute autorité et vampirisant litteralement sa maman .
Cette derniere a aussi un bb de 1 ans et vient de divorcer du papa qui refuse une garde alternée , il prend les enfants que le dimanche une fois sur deux.
mon amie n'en peux plus elle n'arrive plus a gerer la situation et elle est seule face a cet enfant qui lui prend toute son energie un bb en crise aussi et son existence de femme pas de temps pour elle . y' a-t-il des solutions peut etre des genres de famille d'accueuil ou association de soutien merci de votre aide

n°3477
farchouett​e
Posté le 20-06-2007 à 10:00:42  profil
 

Bonjour, je suis enseignante dans un collège qui travaille en collaboration avec un I.T.E.P. Notre collège accueille dès la 6ème des élèves de cet institut dans un soucis de scolarisation et d'intégration. Je voulais vous dire que rentrer dans ce genre d'institut n'est pas une malédiction ni forcément un cul de sac. ces élèves (qui ne présentent pas plus de problèmes que les autres pour suivre en classe mais ont souvent des problèmes de comportement) sont pris en charge par toute l'équipe avec signature de contrat, rencontres fréquentes avec les éducateurs et les parents. Tout n'est pas parfait, mais quand toutes les équipes (familles, éducateurs, médecins et enseignants) réussissent à travailler dans une même direction, l'élève ne peut que progresser. J'ai vu des élèves remonter la pente et parvenir sur un période souvent longue et parfois décourageante à retourner dans leur famille pour terminer le collège dans leur secteur. Une des principales règles que nous appliquons, c'est que ces élèves ne doivent pas avoir de traitement de faveur quant à leur comportement envers les autres ou à leur travail en classe, mais quand ils ont une "crise" (refus de communiquer, acte de violence) nous les renvoyons se calmer à l'institut afin d'éviter l'escalade et il reviennent quand cela va mieux. je voulais juste rassurer les parents à qui cette formule est proposée (certains de nos élèves sont en internat la semaine, d'autres vivent dans leur famille et n'ont qu'un suivi et une aide ponctuelle). En conclusion, c'est à nous adultes d'aider ces enfants (souvent en grande souffrance), et parfois cela implique de demander et accepter une aide extérieure. Et les enfants ont souvent une très bonne capacité d'adaptation, etils ne demandent quà progresser.

n°3507
PanchoPist​olas
Posté le 02-07-2007 à 17:52:09  profil
 

Bonjour,

je suis père d'un enfant de 9 ans qui présente lui aussi des troubles oppositionnels avec provocation, depuis son plus jeune âge.

Voici ce dont je peux vous faire part, qui résulte de mon expérience, mais sans pour autant être un spécialiste de la question.

Tous les commentaires/réactions sont les bienvenus.

En espérant vous être utile.... et bon courage !

Cordiales salutations,
______________________________ ______________________________ _

1) Symptômes et comportements types :

L'enfant semble parfois absent, ne pas écouter. Il semble prendre un certain plaisir à repousser les limites conventionnelles (interdits, autorité, etc). Il passe parfois par des pics de colère incontrolables, pouvant parfois déboucher sur des actes violents, aussitôt oubliés après la crise (du moins en apparence).
Comportement fortement perturbateur à l'école, particulièrement vis-à-vis des systèmes classiques de soumission. Insouciance apparente quant aux conséquences de ses actes. Pas de traçabilité ou de diagnostic précis de la part du corps médico-psychiatrique. Refus caractérisé d'aide extérieure ou parentale, peut-être lié à un ego surdimensionné.
Il n'y a pas de cause structurelle précise, seulement des facteurs aggravants (couple séparé, parents déficients, violence familiale, conditions matérielles précaires). Chaque cas, même si les symptômes coïncident parfois, est unique. Il semblerait que trois facteurs influent sur ce phénomème : l'héritage familial (génétique), la structure psychique propre de l'enfant, et son environnement.

2) Que faire ?

Consultez un pédopsychiatre (pour lui) et un psychologue (pour vous). La médication aide parfois à stabiliser un état très agité, et permet ensuite un travail psychologique. De plus en plus d'enfants sont actuellement détectés et suivis. Une approche médicale multidisciplinaire émerge petit à petit, et le corps enseignant commence à être sensibilisé et formé au problème.

Vérifiez au passage le QI (Quotient Intellectuel) de votre enfant, écartez au passage toute anomalie structurelle du cerveau (scanner ou autre).

Patience, patience et surtout patience.... L'enfant est en détresse, fortement angoissé, hypersensible et il développe une image négative de lui au cours du temps. En tant que parent, vous êtes et resterez son seul recours. Si vous ne l'épaulez pas, il peut sombrer dans la dépression.

Pardonnez toujours. Donnez systématiquement une autre chance à votre enfant.
 
Gerez vos priorités. Quitte à y perdre un peu d'autorité, ou à vous sentir humilié(e) parce que vous avez cédé, pensez que la priorité des priorités est le bien être et le bon devenir de votre enfant. De part son incapacité à gérer ses émotions et à garder son contrôle, il est chroniquement incapable de se plier à une éducation classique basée sur la carotte et le bâton.
LA RECOMPENSE ET LA PUNITION SONT SANS EFFET SUR CE GENRE D'ENFANTS !!!
A titre d'exemple, ma priorité actuelle est que mon fils ne décroche pas à l'école. Je passe presque une heure par jour d'affrontements pour lui faire faire 30 minutes de devoirs.

Préservez-vous et préservez votre couple et vos autres enfants. Compartimentez, et accordez-vous du bon temps. Vous y avez droit. Nous sommes tous passés par une phase de culpabilisation et d'angoisse. Aucun parent n'est parfait, aucune éducation infaillible. A ce stade, la seule chose qui importe est de vous dire que vous avez réellement tout mis en oeuvre pour venir à bout du problème.

Organisez-vous. En répartissant vos tâches, en planifiant vos activités, vous créez une structure stable autour de votre enfant, dont il a impérativement besoin. De plus, vous minimiserez le stress quotidien qui met souvent le feu aux poudres. DIMINUEZ AU MAXIMUM LES SOURCES DE CONFLIT. Elles aggravent structurellement la situation, fatiguent nerveusement tout le monde, et ne construisent rien.

Ne cédez pas au désespoir. Même si vous n'en avez pas conscience, tout effort que vous faites pour aider votre enfant sera perçu par celui-ci, et il en restera toujours quelque chose. Vous escaladez actuellement une falaise de plusieurs centaines de mètres à mains nues. Vous progressez parfois d'un mètre, parfois de quelques centimètres. Parfois même, il vous semble que vous reculez quelque peu. Il n'en est rien. Vous progressez simplement à un rythme lent et parfois inégal.

Modérez vos ambitions. Votre enfant a hérité et s'est construit une structure lourde, et très défensive. Toute contrariété est généralement vécue comme une aggression. Il est peu probable que cette personnalité change en profondeur. Le mieux que l'on puisse faire est de la gérer, et de lui apprendre à la domestiquer et l'apprivoiser... N'attendez pas de miracles de la médecine au sens large. Votre amour, votre aide et votre intuition sont des atoûts essentiels.

Sachez capter les messages. Même diffus, ils ont valeur d'explication pour nous-mêmes. Votre enfant reconsidèrera parfois son attitude, mais d'une façon contournée, voire orgueilleuse. Sachez à ce moment là capter la perche qu'il vous tend, car elle n'attendra pas ... C'est à ces moments là que vous pourrez sortir du cercle vicieux de la confrontation. VOUS ETES L'ADULTE, IL EST L'ENFANT. Ne cédez pas à un instinct parfois revanchard, naturel, mais profondément infantile.

Valorisez-le. En lui laissant faire certains choix. En relevant ses bonnes actions. En lui parlant souvent, et en lui faisant comprendre que vous sentez combien c'est dur pour lui... Notez avec lui ses progrès, sans lui fixer des objectifs qui le mettraient sous pression, et qui le décourageraient s'il ne les atteignait pas.

Dédramatisez. Un peu d'humour détend parfois considérablement l'atmosphère.
 

3) A ne jamais faire :

Le culpabiliser. Il n'est pas totalement responsable de la situation, car il n'arrive pas à surmonter ses pulsions. Si vous le culpabilisez, il n'en sera que plus angoissé.
L'humilier, particulièrement devant les autres. Vous le détruirez simplement un peu plus, et il n'en sera que plus agressif.
Le décourager. Par des propos négatifs, ou en lui montrant que vous renoncez. Là aussi, il n'en sera que plus angoissé.
Tenir des propos négatifs à son encontre. Le comparer à ses amis qui s'en sortent mieux. Il est unique, c'est votre enfant.
LE RESTE, ON S'EN FOUT !!!
Sauf si un de ses amis a une influence positive sur lui. N'hésitez alors pas à les mettre en contact. Les propos tenus par les copains ont parfois plus de poids que les notres.
Céder à une pulsion bien naturelle : la baffe ou le 43 fillette... Vous obtiendrez à peins un soulagement temporaire, provoquerez un choc émotionnel profond, provoquerez une surenchère dans la violence, et lui montrerez que la seule façon de régler un problème, c'est de cogner jusqu'à avoir le dessus.
Entrer dans un conflit frontal, un ordre direct et sans issue, sans mise en condition préalable, et sans porte de sortie pour lui. Les enfants TOP ne vivent et ne s'expriment que dans l'antagonisme et le conflit. Vous rentrez donc dans son jeu...
Céder à la provocation. Parfois, la meilleure façon de sortir du cercle vicieux est d'ignorer la provocation. On peut par exemple détournet le sujet sur autre chose de plus interessant pour l'enfant...
Craquer devant lui (fondre en larmes). O combien humain, mais dévastateur pour l'enfant. dans ces moemnts là, il perd tous ses repères. A son âge, c'est à vous de la consoler et de le rassurer quand il pleure, pas l'inverse...



Kali11 a écrit :

Bonjour,

Je suis maman d un petit garçon de bientot 7 ans scolarisé en classe de CE1. Mon fils adopte depuis  le début de sa scolarisation des troubles du comportement, il embête tous ces camarades pendant les cours, refuse de travail quand son institutrice le lui demande, il chante pendant les cours même quand il est puni et donc isolé des autres il en fait une véritable salle de récréation, nous avons consulter plusieurs pédo psychiatre psychologue scolaire et privée. mais rien n y fais ils nous disent qu il n a pas de problème. Et pourtant ces deux dernières années les deux maitresses sont à bout de force. elle ne sait pas quoi faire . Cette été aprés consultation d une psychiatre et sous son conseil, nous avons étés mon mari et moi beaucoup plus ferme, ce que nous appliquons encore a ce jour. Nous le punissons , lui mettons la fessé, mais rien à faire il continu d aller à l école pour faire son cirque et refuse de faire son travail. Ce n est pas un enfant méchant bien au contraire il est très affectueux et câlin. Mais dés qu il est en groupe on dirait qu il part en vrille il veut toujours se faire remarquer et obtenir un contact exclusif que se soit avec sa maitresse ou moi même. Son papa et moi avons beaucoup parler et repetons sans cesse les mêmes choses " l école c'est pour apprendre et non pour faire le cirque" il nous dis " oui je sais tous ça je te promets que...." mais chaque soir à la sortie de l école c'est la même histoire, ca journée n aura pas été concluante. Nous en sommes arrivé au point de le punir tous les jours pas de télé, pas jeux, rien quoi . Je suis si triste et boulversé j ai l impression que j ai eu un enfant que pour le punir nous n arrivons même plus à faire des projets de sortie puisque a chaque fois c est la même chose il faut le punir. En contre partie il assimile quand même toutes ses leçons" on se demande bien comment puisqu il n 'écoute aucun de ses cours et ne travail absolument pas", et avec nous il adopte un comprtement correcte et agréable. aujoourd hui je me tourne vers vous sur ce forum en espérant que quelqu un pourra m apporter son aide, car je n en peut plus de devoir le punir, crier sur lui et tous cela sans résultat.Tous cela me rends aujourd hui bien triste, je pense à mon fils à ce qu il peut ressentir, que se passe t il dans sa petite tête pourquoi tous cela?
D avance je remercie tous ceux qui pourrons nous aider. pt1cable:{}  cry:{}


n°3560
sylvie380
Posté le 28-07-2007 à 22:22:59  profil
 

Pour réactions au message de PanchoPistolas,

Je suis toute à fait d'accord avec vous , en vous lisant je retrouve un bout de mon histoire avec mon fils , je raconte ce bout de vie dans de précédents messages.
En effet il faut faire consulter à notre enfant en difficulté, le plus tôt possible un pédo-psychiatre, même si c'est dur ; je suis passée par cette phase moi aussi , il été difficile de l'emener et d'accepter ce que le docteur me disait, et le médicamenter encore plus.
Mais je dois l' admettre , mon fils s'est mis à évoluer, son comportement à changer depuis qu'il va dans un centre de jour.
Je n'envisageais pas d'avenir avant, pas de sortie , pas de vacances...ect Mais les éducateurs de son centre se servent de jeu pour reussir à resoudre leur problème de comportements, et leur apprennent à vivre avec les autres enfants, et les adultes.
Et mon fils est même parti 15 jours dans une ferme en vacances, alors que jusqu' à maintenant je ne pouvais ni le mettre en centre aéré car il me le renvoyer....ect
Je dis à tous les parents de se munir de patience, même si cela est dur si vous avancer pas à pas , car cela en vaut la peine quand vous regardez votre enfant se sentir mieux dans sa peau et avoir ce beau sourire et ce regard qui pétille de joie de vivre.
Pour ma famille aussi, nous progressons chaque jour un peu plus, même si le parcours vous semble long, ne BAISSER JAMAIS LES BRAS
D'avance je vous souhaite beaucoup de courage
A TRES BIENTOT.....

 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
   FORUM Les Maternelles » Psychologie et comportement » Enfants turbulents »

opposition trouble du comportement